AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

Une rencontre plutôt dramatique. [ Hinu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Nathan Heartnet
Admin - Colgate & Positive attitude & I ♥ U.
avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 21/04/2009
Age : 25
Localisation : Là où son coeur le portera...

Feuille personnage
Famille : Hybride
Situation sentimentale : Célibataire
Pouvoirs / Facultés : Feu + Lames X2 + Pistolet

MessageSujet: Une rencontre plutôt dramatique. [ Hinu]   Dim 31 Mai - 13:59

[ Post... Hum. Attentions aux âmes sensibles. X'D Plutôt violent, en tout cas son rêve. ]

'' Merde. '' Nathan venait de trébucher sur un caillou et avait manqué de se rétamer contre le mur qui lui faisait face. Une autre fois il en aurait rigoler, tellement qu'il serait arriver en retard à son rendez-vous, même, mais pas ce jour là. Ce n'était pas qu'il avait passé une mauvaise matinée, elle avait été plutôt normale. Il avait dormi dans une grande auberge où le lit était douillé. Seulement il s'était levé du mauvais pied, il avait une mauvaise impression qui lui écrasait le cœur. Il n'avait personne à qui se rattacher, pas d'amis, plus de familles, et avec lui seulement ses affaires personnelles, ses valises... Rien d'autre. Il en avait marre de cette vie de vagabond passé à chercher comment faire pour continuer à vivre. Nathan s'arrêta sur un banc en bois, posant son joli fessier dessus. Il regarda le ciel. Comme si cela ne suffisait pas il faisait un temps à se suicider, le vent était inexistant, il faisait chaud, chaud et humide. Des nuages gris et menaçants recouvraient le ciel qui devait être bleu derrière. Des nuages comme ce jour-là, ce jour-là qui avait en partie changé sa vie, ce jour-là où il avait arrêté de rêver d'un monde de paix entre les hybrides et les autres races. Il jeta un dernier coup d'œil au ciel et attendit la pluie. Il s'assoupit.

Nathan avait l'impression d'être dans un monde parallèle et en même temps de ne pas être là où il se trouvait, après tout, c'est bien comme ça quand on rêve, non? C'est si réel et en même temps si absurde... Le jeune rouquin se trouvait a un endroit terriblement étrange, envoûtant et terrifiant. Il était entouré d'arbres décimés: un champ d'arbres morts longeait devant lui. Une légère brise glacée et putride lui caressait le visage. De la cendre s'étendait à perte de vue, comme s'il n'y avait que ça avec les plantes mortes. Aucun signe de vie. Il leva les yeux vers le ciel comme il avait l'habitude de faire: les nuages étaient menaçants, et de la même couleur que la terre, les arbres. Cendrés. L'on pouvait comprendre qu'il y avait beaucoup de lumière derrière les nuages, car les regarder trop longtemps donnait mal à la tête. Des odeurs de feu de bois se répandaient un peu partout. Ce paysage ne reflétait qu'une seule et même idée : mort et désolation. Nathan toussa très fort, à s'en déchirer les poumons. Mais dans ce rêve cela ne se passa pas de la même manière que cela aurait dut se passer. Il toussa mais ne cracha pas de sang, ce qui eut pour effet de l'étonner. Il avait l'habitude du liquide rouge et chaud sortant de sa bouche, ayant un goût de fer totalement désagréable, qu'il avait fini par presque plus ne le ressentir, tellement ce goût lui était courant. Puis il commença à pleuvoir, d'une grosse pluie. Mais le rouquin remarqua très vite que ce n'était pas une vraie pluie. Ce n'était pas cette pluie qu'il aimait par dessus tout, qui lui avait tant de fois lavé son visage souillé de blessures récemment ouvertes et autre. Non, ce n'était vraiment pas cette pluie qu'il appréciait tant. Et pour cause, les gouttes n'étaient pas faites d'eau, mais de sang, rouge pur, dégoulinant dans ses cheveux. Lui caressant doucement la nuque ce qui lui offrit quelque frissons. C'était étrange, vraiment étrange. On aurait juré que ce sang là était vivant, et que, pourtant, il venait à peine d'être extrait d'un corps humain, d'une chair encore chaude car le cadavre n'aurait pas eu le temps de se refroidir. Nathan eu alors d'horribles visions, de chaires découpées, de tripes sortantes, d'un cœur fumant, et puis le noir. Il vomit les yeux fermés, si fort qu'il en avait mal. Il plut de plus en plus fort, si bien que le sang se transforma bien vite en marre, qui lui arriva au chevilles. Le jeune homme monta rapidement sur une souche d'un arbre décimé et couvert de cendre. Il savait que la pluie ne s'arrêterait pas, et qu'il ne pourrait pas flotter bien longtemps dans ce sang, à moins qu'il ne se mette sur le dos. Il ne savait pas quoi faire, il ne savait pas ce qu'il devait faire. Quand le sang lui arriva au milieu du torse, il repéra un arbre, haut, et où avec un peu de chance il pourrait attendre que la pluie se calme, même s'il savait que ce n'était qu'un rêve... Mais cela avait l'air si vrai.
Il comptait se jeter dans cet océan pourpre et rejoindre au plus vite l'arbre. Il s'élança, mais fut retenu au niveau des pieds, ce qui eu le don de lui tendre les muscles des jambes, et il ne put s'empêcher de pousser un petit cri, car son mouvement venait de lui faire très mal aux tendons. Il était retenu sur le tronc de l'arbre et ne pouvait pas bouger les pieds, c'était comme si deux énormes racines les entouraient. Nathan ne savait pas quoi faire alors que le sang montait toujours plus haut : il lui arrivait maintenant aux épaules... C'était une horrible sensation qui s'empara de lui, il savait qu'il courrait à sa perte, il ne pouvait rien faire, strictement rien, à part attendre la mort. C'était bien trop effrayant pour lui, des larmes commencèrent à perler de ses yeux, et il renifla fort. Il ferma les yeux et attendit, bientôt le liquide lui arriva à la lèvre inférieur. Le jeune rouquin prit une grande respiration avant que le sang ne le recouvre totalement. Il avait toujours les yeux clos, et répugnait à les ouvrir. Il sentait le liquide chaud sur tout son corps, lui rentrer dans les vêtements. Il commença à perdre son souffle, n'ayant quasiment plus d'air, et puis il ouvrit la bouche et laissa filer le peu qui lui restait. Il ne put faire autrement qu'aspirer du sang qui lui coula ensuite dans la gorge, il s'étouffa. Il ressentait toutes les sensations de quelqu'un qui était en train de s'asphyxier, et était toujours '' conscient'', dans son rêve tout du moins. Il ne comprenait pas pourquoi il ne se réveillait pas, d'habitude, quand on rêve on se réveille toujours quand il nous arrive quelque chose... Mais pas pour lui, son rêve ne se terminait pas, comme s'il devait vraiment voir sa mort, ces derniers instants, souffrir le plus longtemps possible. Il n'avait le droit à aucun répit, surtout que c'était une mort longue et douloureuse... Nathan se noya dans cet océan de sang quelques minutes plus tard.


Il ne se réveilla pas pour autant. Il rêva aussi de sa vie d'avant, de ce qu'il avait vécu jusqu'à présent. De ces souvenirs les plus sombres, notamment de la perte de son œil. Ce souvenir était sûrement le plus traumatisant de tous, et celui qui le toucha le plus... Nathan était en proie à un sommeil très agité, tellement qu'il gémissait, et donnait des coups à droite et à gauche. Les gens qui passaient se demandaient qu'est-ce qu'il avait, mais ne faisaient pas plus attention à lui que ça.


[ Si vous voulez l'histoire complète, faut aller voir la fiche x) ] Nathan avait toujours était maltraité, depuis son plus jeune âge. Et c'est bien pour ça qu'il détestait les racistes. De toute façon il y avait bien trop de raisons, et cela prendrait trop de temps de les citer. Son nouveau rêve était clair et net, comme s'il était en train de vivre réellement cette scène, il humait toutes les odeurs, ressentait tout contact, voyait exactement le même décor. Il n'y avait qu'une seule chose qu'il percevait moins bien, le visage des enfants qui l'avaient battu. Ce n'est pas comme si son cœur en avait vraiment envie. Il revit en détails toute la scène de cette horrible jour. Le même bruit de tonnerre grondant et les humains qui s'approchaient doucement de lui, les poings serrés. Sa mine presque impassible, étant trop habitué à ce genre de plan, trop habitué à recevoir des coups, trop habitué à souffrir. Puis le bruit des coups lui sonnant dans les oreilles, la douleur lui écrasant les membres, parcourant ses muscles et les lui lançant. Les interminables minutes passées à recevoir sans broncher, le moment où le nom de ses parents sort de la bouche des écoliers pour lui sonner aux oreilles. Le sanglot s'emparant se sa gorge, les larmes commençant à couler. L'enfant le plus cruel s'approchant de lui, son misérable couteau à la main. La lame brillante à la lumière du seul lampadaire de la petite ruelle sombre. Les autres enfants le regardant d'un drôle d'air, mi-angoissés, mi-excités. Il revit tout ça, dans le sens que vous voulez. Il vit et vécu une deuxième fois cet instant en tant que rêve, si ce n'était que la deuxième fois. Ce souvenir le hanter bien trop souvent, et il ne pouvait s'empêcher de faire des cauchemars de cet instant...
Le jeune garçon, qui était quand même le plus grand de tous les autres enfonça brutalement son couteau dans l'œil de Nathan. Le rouquin ressentit la même souffrance que la première fois, exactement la même, à l'exception que tout se passait dans sa tête. Il se revit en train de hurler alors que les autres enfants qui maintenant étaient complètement pris par l'excitation, le frapper dix fois plus fort qu'auparavant, et lui asséner de multiples coups de couteaux, lui lacérant les membres. Il se revit tout seul gisant à terre, ses vêtements s'imbibant de liquide rouge provenant de la flaque de sang dans laquelle il était allongé. Son seul œil à présent utile était fermé, plissé de toutes ses forces jusqu'à ce qu'il fut relâché lorsque des gouttes descendirent du ciel, différentes et bien plus agréables que du sang. Le liquide froid lui caressa les joues et les lava.


Nathan se battait seul contre son rêve. Personne ne faisait plus attention à lui, et pour cause: le tonnerre aurait dissuadé quiconque de sortir à ce moment là. Les seuls gens qui étaient encore dans les rues se précipitaient dans les abris les plus proches, priant pour trouver un refuge au plus vite... Puis il commença à pleuvoir. Ce n'était pas une pluie fine, comme les gens aiment bien, celle qui rafraichît après le passage d'une longue journée ensoleillée. Non, c'était une grosse pluie, celle qui trempent jusqu'aux os, vous glace le sang, et que seule certaine personne apprécie. C'était une averse à vous inonder tout un monde. Et pourtant le jeune rouquin ne se réveilla pas pour autant. Celui-ci se calma simplement. Il aimait la pluie.


Son rêve changea totalement d'envergure, il se réveilla dans une de drôle de chambre aux murs blancs. Il put constater que son corps avait nettement grandi, il devait avoir dans la quinzaine. Ce souvenir aussi était emprunt dans la tête de Nathan, et il ne la quitterait sûrement jamais. Ce souvenir de son réveil dans cette chambre d'hôpital, ce souvenir qui lui rappelait et lui rappellerait toujours, sa vie, sa maladie... Et sa mort. Le jeune rouquin entendit sa mère adoptive et le médecin parler ensemble, il n'entendait que par bribes leurs conversations. Il se leva tranquillement et tira lentement le rideau: les deux adultes ne remarquèrent même pas sa présence, pensant qu'il dormait encore. Il se soutint les poumons à cause de la douleur qui les traversait sans retenue, il avait l'impression qu'on était en train de les déchirer. Il toussa, marcha en direction de '' sa mère '' tout tremblotant, titubant, se retenant de s'écrouler tant bien que mal. Il s'appuya contre une colonne présente dans la salle et demanda ce qui se passait d'une voix faible. Les réponses à cette question étaient si douloureuses, qu'il se demanda souvent par la suite s'il avait bien fait de poser cette question... De toute façon c'était inévitable. Il avait la tuberculose, maladie longue et douloureuse, avec pour caractéristiques de faire cracher du sang et de se vider lentement de celui-ci. Une maladie qui faisait mourir jeune, et dont les traitements étaient intensifs. Il se souvenait encore très bien de la tête de sa mère quand elle avait voulu le consoler, quand elle lui avait dit qu'elle ferait de son mieux.: une tête si triste et si désolée, à en briser le cœur. Ironie de la situation, le cœur de Nathan était déjà bien brisé depuis longtemps, même si les morceaux daignaient à se recoller peu à peu.

La dernière partie de son rêve venait à toucher des événements bien plus récents. Et pour cause, cela revenait à seulement trois jours plus tôt, quand il avait apprit qu'il existait un remède pour cette maladie. Il aurait pu sauter de joie ce jour-là, danser avec sa famille d'accueil, rire à s'en faire mal aux abdos, crier qu'il était heureux et vivant, jusqu'à s'en casser la voix. Mais non, il ne fit rien de tout ça, et pour cause, la somme d'argent demandée pour payer le traitement était impressionnante. Jamais ses parents adoptifs n'auraient trouvé une telle somme... Il se revit dans sa chambre, la fenêtre ouverte et la lumière allumée, si bien que des moustiques auraient pu rentrer sans encombres, mais Nathan s'en foutait royalement. Il était en train de préparer deux grosses valises: une contenant tout un tas de ses vêtements, l'autre contenant toutes sortes de choses, d'objets tous plus bizarres que les autres. Il y avait aussi un pistolet dedans, ce qui rendait le tout encore plus louche. Le jeune homme attrapa une écharpe qu'il se passa autour du cou tandis qu'il refermait du mieux qu'il pouvait ses valises. Il mit un pain à sa bouche, et écouta à la porte pour voir si personne n'approchait: il percevait la voix de ''ses parents adoptifs'' qui parlaient ensemble de leur situation et de comment l'aider... Lui: Nathan. Alors qu'il pensait qu'il ne méritait pas qu'on s'occupe autant de lui comme ça. Il se gratta légèrement la nuque et étouffa une toux tandis que le bout de pain qu'il était en train d'avaler se teinta légèrement de rouge et eut un amère goût de fer. Le rouquin se dirigea vers son bureau où il attrapa une feuille et un stylo. Il écrit simplement un : '' Merci, je vous aime très fort. Nathan '' , éteignit la lumière, prit une valise dans chaque main, et sauta par la fenêtre ouverte. Il se retourna une dernière fois vers la petite maison, puis marcha le long de la rue. L'ampoule de la lampe de sa chambre était encore chaude quand ses parents découvrirent que le jeune homme avait disparu. Lui était déjà bien loin.
Revenir en haut Aller en bas
Nathan Heartnet
Admin - Colgate & Positive attitude & I ♥ U.
avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 21/04/2009
Age : 25
Localisation : Là où son coeur le portera...

Feuille personnage
Famille : Hybride
Situation sentimentale : Célibataire
Pouvoirs / Facultés : Feu + Lames X2 + Pistolet

MessageSujet: Re: Une rencontre plutôt dramatique. [ Hinu]   Dim 31 Mai - 14:00

[ Excusez moi pour le double post mais j'y peux rien du tout D8 ... MON POST ETAIT TROP LONG O.ô ]

Nathan se réveilla en sursaut. La pluie faisait rage, balayant les derniers passants qui marchaient dans la rue quelques instants plus tôt. Le jeune rouquin se releva, il voulait vivre, chassait ces permanentes quintes de toux qui lui faisait cracher du sang et devait absolument travailler à l'auberge près d'Arcansa pour ça. Il s'y dirigea, surpris que la mauvaise impression qui l'avait travaillé et mis de mauvaise humeur toute la matinée avait disparue.

Les rues étaient à présent désertes. Il n'y avait plus un chat et la pluie était toujours aussi forte. Le tonnerre grondait toujours, les gouttes se ruaient sur Nathan qui avançait calmement, tout seul dans cette rue. Il constatait que tous les volets étaient fermés. Il ne comprenait pas pourquoi personne n'était dehors, sous une pluie pareille, une pluie torrentielle. C'était magnifique à voir, et tellement agréable pourtant de sentir les gouttes d'eau couler le long de son visage, de son cou. C'était si doux, si frais. A chaque fois qu'une pluie comme ça arrivait, lui il sautait tout de suite dehors, au contraire des autres qui se réfugiaient dans des abris. Lui il jouait avec la pluie, il adorait ça, plus que tout... A cause de ce fameux jour, où la pluie a lavé son visage souillé. Il aura toujours l'impression que la pluie le lavera de tout ce qu'il a fait jusqu'à présent, et qu'il pourra toujours repartir à zéro. Il trouvait cette sensation tellement agréable...

Il aperçut l'auberge une bonne heure plus tard, les habits complètement trempés par la pluie, les cheveux lui tombant devant le visage. Il regarda quelques minutes le bâtiment avant d'ouvrir la porte et d'essuyer ses chaussures sur le paillasson. Il posa sa veste sur le porte-manteau présent à sa gauche et avança de quelques pas. Il passa la main dans ses cheveux, examina les lieux et s'écria.

-'' Excusez moi, il y a quelqu'un? Je... ''

Nathan fut pris d'une quinte de toux particulièrement forte. Il sentit ses poumons se déchirer, et le sang lui sortirent de la bouche. Il s'écroula à terre, se colla contre le mur le plus proche et toussa si fort qu'il avait l'impression qu'il allait vomir. Le sang lui remontait à la bouche, lui coulait entre les lèvres tandis qu'il essayait tant bien que mal de s'essuyer la bouche. Il sortit un mouchoir blanc, qui devint automatiquement rouge.

- '' Et merde... '' lâcha t-il d'une voix faible

Et il recommença à tousser.

_________________

[ Couleur d'Edition ]
Revenir en haut Aller en bas
Hinu
Modo - Nion & pomme d'amour fait fleurir les coeurs :]
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 06/05/2009
Localisation : Loin dans le brouillard.

Feuille personnage
Famille : Hybride
Situation sentimentale :
Pouvoirs / Facultés :

MessageSujet: Re: Une rencontre plutôt dramatique. [ Hinu]   Mar 16 Juin - 22:11

Elle lève la main vers le ciel, une goutte s’écrase sur sa paume ambrée. Puis encore une autre. Hinu est assise par terre, épuisée. Elle a beaucoup courut à travers la ville, poursuivie par ces garçons. La jeune fille chasse des mèches de son visage couvert de fines gouttes de sueur, les mettant derrière son oreille, elle caresse d’un même geste son écaille azur. Ils voulaient son argent, mais elle courait plus vite, bien plus vite qu’eux. 3 patauds gros comme des ballons. Elle eut un léger sourire en y repensant. Puis essaya de rendre à sa respiration son rythme normal. Elle avait eu peur… Et elle était tombée, du sang dégoulinait de son genoux. Son cœur tambourinait dans sa poitrine. Elle ne savait même pas pourquoi elle s’était embauchée dans cette auberge… Les gouttes de pluie noyaient son visage, balayant sa frayeur passée, couvrant les légers soupirs d’épuisement qu’elle essayait vainement de cacher. Elle avait vraiment eu très peur, ils l’avaient menacée avec leurs couteaux. Elle ferme durement les yeux et touche la coupure profonde à son cou. Ils l’avaient blessée. Et maintenant elle avait mal, le sang coulait, tachant son vêtement en coton blanc. Un doux sanglot traversa sa poitrine, elle n’avait vraiment pas penser pleurer pour ça… Elle pose sa main sur son épaule où trônait un bel hématome. Ils l’avaient poussée par terre avec violence, et ils ne l’avaient pas épargnée de leur coups, même quand elle avait scandé ses cris de douleur, leur criant d’arrêter. Elle était finalement parvenue à courir au bout de la ruelle où ils l’avaient coincée, et s’était enfuie parmi la foule. Et maintenant elle était la, dans une autre avenue, plus claire, plus calme, la où elle savait qu’elle ne serait pas dérangée.
Hinu pleurait maintenant à chaude larmes. Recroquevillée sur le sol, elle était trempée, et transie jusqu’au os. De douloureux sanglots traversaient sa poitrine, et, les yeux fermés, elle n’avait pas vu la teinte rosie que l’eau avait prise en touchant son cou. Mais depuis, le sang s’était arrêté de couler, elle savait bien qu’elle aurait une cicatrice. Parmi toutes les autres qu’on lui avait infligées… Hybride, mi elfe, mi humain, quelle situation. Elle ne s’en plaignait pas plus qu’elle ne s’en vantait, elle était ce qu’elle était, simplement. Pourtant les autres avaient du mal à l’accepter. Alors elle avait subit leur dégout, elle qui n’avait rien fait d’autre qu’exister. Les seules personnes qu’elle pouvait maudire étaient ses parents qui l’avaient mise au monde. Oui, elle les détestaient, sa mère qui l’avait toujours reniée, et son père, ah son père… Fantôme, passé pour semer son malheur. Elle essaye de se relever, avec son bras pour appuis, mais la douleur fulgurante à son épaule la fait crier et retomber au sol. Elle pousse quelques infâmes jurons puis se redresse, s’aidant de l’autre bras. Elle titube jusque dans la rue, vide. Tout le monde est rentré pour échapper à la saucée. Elle se remet droite, effort qui lui procura quelques douleurs dans son dos. Elle verrait combien de bleus elle avait ce soir, quand elle serait seule. A cette pensée, une angoisse monte, elle n’avait pas envie d’avoir une peau parsemée d’hématomes. Elle réprima un sanglot et prit un chemin au hasard, marchant dans les flaques, toujours alimentées par la pluie qui tombait encore très fort. Elle avait envie de rentrer à l’auberge. Elle avait laissé ses affaires dans un coin, dans un buisson sous une coure abritée. Elle essayait de ne plus songer à la mésaventure de tout à l’heure, elle avançait, essayant de se repérer pour trouver l’auberge.
Elle trainait déjà depuis plusieurs quarts d’heures dans Arcansa, il pleuvait toujours, un peu moins parfois, un peu plus aussi parfois. Elle ne retrouvait plus son chemin, et c’est au hasard qu’elle tomba sur l’auberge… Elle avait également récupéré ses affaires, un peu humides… Hinu poussa la porte de l’auberge et se réfugia dans la chaleur avec un frisson, fit quelques pas. Vide. Silence. La jeune fille baissa les yeux, elle allait tremper tout le sol. Elle se recula précipitamment contre la porte. Puis finalement, elle se dit que de toute façon il faudrait bien qu’elle avance, alors elle fait quelques pas, et glisse avec un cri. Un bleu de plus. Elle se traina à quatre pattes dans un coin de la pièce, ramenant ses affaires contre elle pour se tenir chaud, elle frissonne. Il ne faisait pas si chaud que ça finalement… Le corps secoués de tremblements, elle ferma les yeux pour essayer de se calmer, elle avait mal partout. Un bruit lui fit relever la tête.

-'' Excusez moi, il y a quelqu'un? Je... ''

Elle se redressa un peu, un beau garçon roux se tenait sur le seuil de la porte, un œil bandé, l’autre d’un vert profond magnifique. Il se mit à tousser affreusement. Elle le contempla avec des yeux ébahit, sans une certaine lueur d’effroi. Le garçon s’écroula au sol, et elle se rendit compte qu’il crachait du sang. Elle plaqua sa main sur sa bouche, les yeux écarquillés. Si elle s’attendait à voir ça… Il se cacha les lèvres avec un mouchoir blanc qui se macula rapidement de rouge. Elle l’entendit jurer entre ses dents avant de re tousser. Hinu restait la, les yeux grands ouverts, elle n’osait pas bouger, de peur de provoquer quelque chose , même si elle savait qu’elle ne provoquerait rien. Ce pauvre garçon continuait de cracher du sang. Les larmes lui montèrent aux yeux, triste, et en même temps horrifiée.

-Euuh… Balbutia-t-elle.


[Désolée, particulièrement nul, en retard, et court...]
Revenir en haut Aller en bas
Nathan Heartnet
Admin - Colgate & Positive attitude & I ♥ U.
avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 21/04/2009
Age : 25
Localisation : Là où son coeur le portera...

Feuille personnage
Famille : Hybride
Situation sentimentale : Célibataire
Pouvoirs / Facultés : Feu + Lames X2 + Pistolet

MessageSujet: Re: Une rencontre plutôt dramatique. [ Hinu]   Sam 8 Aoû - 14:56

[ Gros retard mais tu m'as donné si peu que bon... >_< ]

Et il toussait de plus en plus fort, toujours et encore. Il aurait voulu s'arrêter là, puis sourire et crier d'une voix vive. «  ET VOILA C'EST FINI!! » Et puis repartir tout heureux vers là où il aurait dut aller. Mais non, il ne pouvait pas. Surtout pas dans son état. Il toussait fort, trop fort. Il toussait à en vomir, et cela l'empêchait de respirer. Du sang lui arrivait dans la main dont il se servait pour se cacher la bouche, beaucoup de sang. Il le sentait brûlant sa gorge et en avala une bonne partie ce qui, en quantité eut le don de le dégoûter. Cela ne lui donnait plus envie de vomir à force, car il s'était habitué au goût mais il ne l'appréciait pas pour autant. Sa toux l'empêchait de respirer et quand il y arrivait sa respiration était saccadée et bruyante, il s'essouffler trop vite et il se demanda même s'il n'allait pas crever dans un coin du hall, gisant sur un mur. Son mouchoir ne lui servait à présent plus à rien, puisqu'il était devenue plus rouge que la tomate la plus mûre qu'il soit et il l'avait laissé tomber à terre. Il ne se rendait compte de rien et en faisait pas attention aux choses et aux personnes qui auraient pu se trouver à côté de lui, à part le mur sur lequel il était appuyé. Non, il ne pensait pas à cela. Il était trop accablé par sa propre personne et par la fatigue qui lui piquait aux yeux et qui lui remontait au cerveau. Il se sentait faible, incroyablement faible, comme un cachalot harponné en plein hiver. Il aurait pu rire de sa comparaison idiote s'il n'en était pas incapable.
Il toussait de plus en plus fort. Toujours et encore.

    -Euuh…


Nathan releva alors la tête vers le bruit qu'il venait d'entendre, ne stoppant pas sa toux, mais ralentissant un peu sa course frénétique. Il la regarda droit dans les yeux, ceux de la jeune fille étaient remplies de larmes, et il se demandait s'ils n'avaient pas échangé les rôles. Il y vit aussi de la compassion et de la tristesse mais surtout une terreur terrible qui l'empêchait de venir vers lui, qui l'empêchait seulement de faire un pas et qui la faisait trembler de tout son corps. Et comme elle le regardait, lui, et seulement lui, il en déduit que c'était lui qui lui faisait peur. Oh, bien sûr il continuait à tousser, mais sa pensée était maintenant accaparée sur la jeune fille qui lui faisait face. Il l'examina pour se redonner du courage, en respirant toujours par a coup. Elle avait de longs cheveux noirs qui n'étaient pas attachés, et qui se reflétaient légèrement bleu corbeau. Elle avait aussi deux grands yeux d'un brun profond, et deux oreilles légèrement pointues, qui déclarait formellement qu'elle était une hybride. Cela lui apporta un certain sentiment de réconfort malgré sa toux permanente. Le premier jour où il arrivait à l'auberge, il tombait sur une hybride, qui plus est une hybride mi-elfe mi-humaine, ce qui avait le don de lui réchauffer ne serait-ce qu'un peu le cœur. Il ne s'attendait pas vraiment à voir quelqu'un de sa race, du moins pas si vite. Puis il replanta son regard vert ambré dans ceux de la jeune fille, et reconnut la peur qui l'immobilisait. Il avait complètement oublié qu'elle était terrorisé, et comme pour la calmer, pour lui dire que tout allait bien, il s'efforça de lui faire un sourire. Ce qui rata bien à la première tentative, puisque dès qu'il avait réussi à ce que sa bouche forme ce qu'il avait souhaiter, il avait été aussitôt pris d'une quinte de toux bien plus forte que celles qui avaient précédés. Il toussa, crachotant du sang sur sa propre main, qui en était couverte, s'essuyait la bouche de l'autre, malgré le fait que maintenant que l'autre était aussi immaculée de liquide rouge, il se l'étalait plus qu'autre chose. Ses lèvres étaient recouvertes et entourées de sang sombre et à l'instant même, si quelqu'un était rentré dans le hall, n'importe qui aurait pu croire qu'il était un vampire près à tout dévorer sur son passage. Ce qui était complètement faux, et absurde par dessus tout.

Nathan transpirait à grosses gouttes. La sueur perlait de son front, de son cou, de ses bras, de partout. Il avait abominablement chaud, et en même temps se sentait tout froid au plus profond de lui. Comme si l'intérieur de son corps était glacé, mais que sa peau était bouillonnante. Il se demandait bien si c'était cet effet que ça faisait quand on était sur le point de mourir. Il pensait ça parce qu'il voyait bien qu'il était en train de se tordre de douleur et qu'il perdait quasiment tout son sang. Il savait bien depuis qu'il était petit, qu'il allait finir sa vie bien avant les autres, que « grâce » à sa maladie, il avait le « bonheur » d'avoir une vie écourtée. La mort le rendait tellement ironique... Il se voyait déjà là, mort gisant sur son mur qu'il avait lui même recouvert de sang, et ayant inscrit avec en lettres rouges : « j'aurais pas vécu longtemps ». Il aurait bien voulu rajouter un petit bonhomme avec un sourire de con, mais il savait qu'il ne pourrait pas, de toute façon il était trop faible pour faire un autre geste que tendre le bras vers la fille qui était en face de lui... La fille? C'est vrai, il l'avait oubliée. Elle elle le regardait terrifiée tandis que lui faisait des gestes inutiles et lents avec son bras droit. C'est vrai, elle le regardait crever comme un pauvre idiot sans rien faire, tandis qu'il cracher du sang partout. C'était une mort classe, mais pas très propre trouvait-il. Il plaignait la personne qui allait nettoyer quand il serait enfin sans vie. Il se vit aussi rajouter sur le mur: «  Ps: Pardon à la personne qui fait le ménage. » Mais il n'avait pas encore écrit le premier message d'abord, et il contait profiter encore un peu du spectacle qu'on lui offrait comme dernière chose. Le spectacle de lui agonisant, toussant encore et toujours et d'une fille qui le regardait avec de gros yeux, tremblante de peur, et de lui qui aurait pu rire tellement c'était absurde. Il trouvait ce spectacle tellement idiot, tellement puéril... Lamentable, c'était le mot qui lui venait à l'esprit, le seul. C'était vraiment lamentable de mourir parce qu'il n'arrive pas à attraper ses cachets qui ont roulé de sa poche et sont allés se faufiler sous un meuble. Parce que c'est ce qui s'était passé quand il avait commencé à tousser, seulement il ne s'en était pas rendu compte jusqu'à maintenant. C'était vraiment lamentable de mourir sur un mur alors qu'il aurait pu être dans les bras de... Il eut soudain une idée, et le mot lamentable, dans son esprit rimait incroyablement avec minable. Il se prit à rire, comme il le pouvait en tout cas. Il riait de son dépit et de l'idiotie qu'il avait faite en se croyant perdu. Il riait des fois, toussait, puis reprenait. C'était un rire sans joie, mais il était quand même content de savoir qu'il pouvait réussir à rire. Son idée germait à une vitesse folle, et quand il sut exactement ce qu'il allait faire, il jeta un regard pénétrant à la jeune fille.

Il rampa alors jusqu'à elle, enfin, ramper n'était pas le mot exact. Il s'aidait d'un bras et se poussait de cette manière, son corps et sa tête frottant le parquet. Il se foutait du fait que cela lui brûlait le visage et qu'il aurait une marque dessus, il s'en fichait à tel point qu'il n'y fit même pas attention. Il s'essuya ses mains sur son pantalon et accrocha les pieds de la jeune fille, il remonta tant bien que mal sur ses genoux, se hissa en prenant appui sur ses hanches et quand il fut à une hauteur normale, c'est à dire debout il se laissa tomber dans ses bras. Ses jambes tremblaient et s'il n'avait pas d'appui il n'aurait pas pu tenir debout. Il s'efforça de s'accrocher de toutes ses forces au haut dans le dos de la demoiselle et posa sa tête brûlante sur son épaule. Son front bouillonnait et sa peau était tellement chaude qu'il sentit la fille aux cheveux noirs frémir sous son poids. Son souffle était rauque et se répandait dans la nuque de celle-ci. Il transpirait encore de partout et ne pouvait s'empêcher de réprimer quelques gémissements par ci par là. Ses mèches rousses lui tombaient trempés devant ses yeux, ou plutôt son œil et son cache noir, il fermait les yeux puis les rouvraient, et s'efforçait de ne pas tomber dans les pommes. Il avait enfin réussi à cesser de tousser, mais il était toujours aussi faible et bouillant. Il s'efforça de calmer son souffle et les battements de son cœur qui étaient de plus en plus rapide. Puis il sourit tant bien que mal, sachant bien qu'elle ne pouvait pas le voir, mais il savait aussi qu'elle était terrorisée. Il lui adressa alors un sourire invisible et prononça quelques mots d'une voix faible et affligée.

    - '' Ne .. T'inquiètes pas... ''


Son souffle était toujours rauque, irrégulier, très fort et son front était brûlant. Il appuya encore plus sa tête sur l'épaule de la jeune fille et la tourna vers le cou de celle-ci. Ses mains étaient toujours accrochées dans le dos de la demoiselle et il la serrait de plus en plus fort. Il espérait seulement qu'il ne lui faisait pas mal. Il tenta du mieux qu'il pouvait de se redressait un peu jusqu'à l'oreille de la jeune hybride et lui murmura quelques mots en plus à l'oreille, d'une voix si faible que personne d'autre n'aurait pu l'entendre à part elle. Sa phrase était empreinte de la sincérité dont il faisait toujours preuve mais en beaucoup plus hachée.

    - '' Excuse...han...moi... ''


Il s'arrêta, puis reprit, le souffle court.

    - '' C'est... une drôle.. de façon de...se rencontrer... ''


Nathan se mit à rire, d'un rire très simple mais légèrement ironique. Il se pressa encore plus contre la jeune fille qu'il tenait dans les bras. Il était beaucoup plus rassuré de la savoir entre ses propre membres. Il aurait voulu vraiment la rassurer, au lieu de lui infligeait le malheur de la tenir de ses mains sales et rougies de sang. Il aurait tout fait pour pas qu'elle ne le voit dans cet état, mais il ne pouvait rien y faire et il se sentait mieux contre elle. Il se sentit tout d'un coup vaciller et ses yeux se fermaient sans qu'il le veule. Il fit tous les efforts du monde pour rester conscient.

    - '' Je... Mes cachets ont glissé sous le meuble... ''


Etant donné qu'il n'y avait qu'un seul meuble où l'on pouvait glisser quelque chose dessous dans la pièce, il ne prit pas la peine de préciser lequel. Il se sentait encore tellement brûlant, tellement faible, et rétissant à la simple idée de s'évanouir, il fit de son mieux pour tenir encore éveillé. En vain.

    - '' Merci... '' lâcha t-il dans un souffle.


Son œil valide se ferma, et il s'endormit sur l'épaule de la jeune fille qui n'avait jamais rien demandé.

_________________

[ Couleur d'Edition ]
Revenir en haut Aller en bas
Hinu
Modo - Nion & pomme d'amour fait fleurir les coeurs :]
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 06/05/2009
Localisation : Loin dans le brouillard.

Feuille personnage
Famille : Hybride
Situation sentimentale :
Pouvoirs / Facultés :

MessageSujet: Re: Une rencontre plutôt dramatique. [ Hinu]   Dim 15 Nov - 2:40

[Méga, méga, méga retard. Promis, la prochaine fois je répond dans la semaine u_u Surtout que la maintenant je suis à fond dans l'histoire. Désolée Fu' <3]

Hinu se tenait au milieux de la pièce, totalement immobile, les poings serrés, elle observait le jeune homme roux, à terre, non loin d’elle. Elle n’osait pas bouger, elle n’osait pas partir et le laisser seul. Car malgré sa peur grandissante, un sentiment de pitié indiscutable s’était épris d’elle. Un sentiment de pitié, oui, elle aurait voulu qu’il aille mieux, elle aurait voulu pouvoir l’aider à se relever, et cesser sa quinte de toux. Elle le fixait quand elle l’entendit rire, un rire neutre, qu’elle ne comprit pas… Soudain il leva le regard vers elle, et il la transperça de son œil vert, elle entrouvrit les lèvres, mais elle ne trouvait rien à dire. Que dire dans ses instants la ? Quand un homme se tenait, mourant, devant vous, mais oui, que dire, que faire… Quel geste fallait il faire pour le rassurer, comment l’accompagner vers son destin, comment l’apaiser… Soudain, quand son regard se re concentra sur le garçon roux, elle le vit bouger, ses yeux s’agrandirent, mais que faisait-il ?! Elle aurait voulu l’aider, mais elle était toujours pétrifiée, elle se maudissait intérieurement… Il se tint devant elle, au sol, à plat ventre, serrant ses mains sur ses pieds. Elle baissa la tête vers lui et le suivit des yeux tandis qu’il remontait peu à peu, se levant en s’agrippant à elle. Il posa sa tête sur son épaule et elle sentit son front brûlant contre sa peau, elle réagit enfin, elle devait l’aider. Sa main se souleva et alla se poser sur les cheveux du jeune homme, un peu maladroite. Elle dominait sa frayeur, tandis qu’elle sentait son souffle envahir son cou. Hinu le soutint du mieux qu’elle put, mais frémit sous le poids de son corps qui s’appuyait complètement contre elle. Elle baissa le regard vers ses cheveux roux et l’entendit murmurer :


- '' Ne .. T'inquiètes pas... ''

Elle ferma durement les yeux, tandis que sa main se serrait sur ses mèches flamboyantes, elle entendait son souffle, fort, entrecoupé et rauque… Il la serra plus contre lui, elle le sentit et le laissa faire, tenant contre elle son corps meurtri et taché du sang qu’il avait craché, elle tentait d’apercevoir son visage tandis que sa peur s’amenuisait, se muant en inquiétude pour ce garçon qu’elle ne connaissait même pas. Il se redressa jusqu’à son oreille et lui dit à voix basse, dans un murmure encore plus haché et douloureux que précédemment.

- '' Excuse...han...moi... ''


Elle se mordit les lèvres et ferma les yeux, entendant combien il peinait. Elle aurait tant voulu l’aider, mais que faire ?


- '' C'est... une drôle.. de façon de...se rencontrer... ''


Hinu soupira doucement et sentit ses lèvres s’étirer en un sourire piteux, non pas joyeux, mais dépité, tandis qu’elle l’entendait rire, elle en perçu l’ironie et ouvrit les yeux. Il se serra contre elle d’autant plus, Hinu se rendit compte qu’il ne toussait plus. Un léger soulagement l’envahit. Il allait mieux alors ? Elle sentit l’effort que le garçon produisait à rester debout, alors elle le soutint du mieux qu’elle put pour l’empêcher de s’épuiser, elle ne voulait pas qu’il meure, elle ne voulait vraiment pas. Elle l’appréciait déjà, il avait l’air gentil, il avait même trouvé le moyen de s’excuser alors que ç’aurait du être à elle de se confondre en excuses. Pour ne pas l’avoir aidé plus tôt, pour être restée immobile à le regarder se vider de son sang sur le sol, comme une créature dépourvue de sentiment, elle s’en voulait. Soudain il murmura dans un petit soupir :

- '' Je... Mes cachets ont glissé sous le meuble... ''

Son corps s’affaissa, elle devina qu’il allait sombrer dans l’inconscience, elle le soutint encore plus pour ne pas qu’il tombe quand il serait évanoui. Il murmura un douloureux merci, puis plus rien. Hinu tourna son regard vers le meuble au fond de la pièce, ses médicaments étaient en dessous… il fallait qu’elle aille les récupérer, pour lui, pour qu’il aille mieux. Pour qu’elle puisse lui parler, pour qu’elle puisse marcher à ses côtés et le voir sourire, oui, pour qu’il aille mieux. Une détermination sans borne s’épris d’elle, elle passa sa tête sous l’épaule du garçon et le hissa un peu sur son dos, laissant ses pieds traîner au sol, il était grand, plus qu’elle. Elle serra les dents et chancela sous son poids, mais elle fit un pas en avant, puis un autre, et encore un autre et alla le poser, allongé sur le parquet, près du meuble. Elle l’observa quelques secondes puis glissa sa main sous le meuble. Le petit paquet de cachet glissa sous sa main, il alla se ficher au fond, contre le mur, trop loin pour qu’elle l’attrape. Son cœur battait très fort. Elle se leva et appuya son dos contre la commode en bois massif, dans l’espoir de la faire bouger.
Hinu mit beaucoup de temps à la pousser assez pour pouvoir attraper les cachets, suant corps et âme. Enfin, elle glissa sa main dessous et les saisit d’une poigne ferme. Il lui fallait de l’eau pour lui faire avaler, mais où trouver de l’eau. Y avait-il une fontaine quelque part, dans les cuisines, dans une salle ? Elle posa son sac près du jeune homme et sortit dehors rapidement, dans l’espoir de trouver une peu d’aide. Personne dans la rue, elle rentra de nouveau dans le bâtiment. Ses pas rapides fouillèrent la maison, et elle dénicha une petite fontaine. Elle arracha un pan de son t-shirt de coton, taché de son propre sang, et le rinça avec l’eau pure. Elle prit une petite coupelle en bois et la remplis du liquide clair. La jeune femme marcha doucement vers l’entrée, et s’accroupi près du garçon roux. Combien devait-elle lui donner de cachets ? Et si elle se trompait ? Irait-il encore plus mal ? Son cœur s’emballa et elle se mordit les lèvres, posant le morceau de tissus imbibé d’eau sur le front brûlant du garçon, les mains tremblantes. Elle ouvrit le paquet de cachets et chercha une petite indication pour l’aider à lui donner… Mais non, rien. De toute façon il ne pourrait pas aller plus mal, elle avait fait tout ce qu’elle avait pu. Elle prit dans sa main la petite pilule blanche et ouvrit la bouche du garçon pour lui faire avaler, elle versa un peu d’eau dans sa gorge. Voilà…
Hinu se mit à genoux, le souffle court, les poings serrés. Elle veillait sur lui… La gorge nouée, elle mouilla de nouveau le tissus, dont l’eau avec laquelle il avait été humecté était devenue chaude. Elle glissa le chiffon dans son cou, voulant le rafraîchir. Effectivement… C’était une drôle de façon de se rencontrer, mais elle n’allait pas laisser sa fièvre monter ainsi. Si elle avait peur à présent, ce n’était pas comme avant. Ce n’était pas de la frayeur, elle avait peur pour lui. Peur qu’il aille encore plus mal, peur de ne jamais pouvoir lui parler, parce qu’elle ne lui avait pas encore adressé un mot. Un nœud dans l’estomac la fit fermer les yeux difficilement, elle retenait ses larmes, pourquoi avait-elle tant peur pour lui ? Elle aurait pu veiller toute la nuit s’il fallait, attendre qu’il se réveille pour savoir s’il allait mieux, et après s’il avait voulu, s’il lui demandait, elle partirait…
Les paupières closes, elle somnolait doucement, à genoux près de lui, et quand elle ouvrit les yeux, elle l’observa en soupirant, il ne s’était pas réveillé. Elle posa une main sur son front. Sa fièvre avait un peu baissé, Hinu s’assit en tailleur en soupirant, bizarrement il n’y avait personne, la salle n'était que silence, mis à part la respiration du jeune homme roux. Elle observa la pièce autour d’elle, ainsi que le parquet tâché du sang vermeil du jeune homme. Son regard se tourna vers le garçon et elle essuya doucement le sang séché sur son visage, puis elle posa le chiffon dans l’eau et soupira, attendant toujours son réveil, inlassable.

- " S'il te plait, réveille toi... "

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Nathan Heartnet
Admin - Colgate & Positive attitude & I ♥ U.
avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 21/04/2009
Age : 25
Localisation : Là où son coeur le portera...

Feuille personnage
Famille : Hybride
Situation sentimentale : Célibataire
Pouvoirs / Facultés : Feu + Lames X2 + Pistolet

MessageSujet: Re: Une rencontre plutôt dramatique. [ Hinu]   Dim 15 Nov - 13:25

[ Et encore un rêve flippant. Pauvre Nathan TT ]

Son regard se voila, les sons s'étouffèrent un à un, puis il sentit ses jambes fléchir et la main de la jeune fille le serrer avant qu'il ne voie plus rien.


« Où suis-je? » fut sûrement les premiers mots que Nathan prononça après avoir sombré dans l'inconscience. Même s'il était parfaitement conscient du fait qu'il ne l'était pas.

Le jeune homme se trouvait encore une fois dans son imagination: sur des dalles pavées cette fois, des maisonnettes blanches le fixant à l'horizon. Tout était calme, il n'y avait pas un bruit à la ronde: pas de cris d'enfants joyeux, pas de crissements charrettes traversant les rues, pas d'eau qui coule, rien. Le vent n'était pas fort mais soufflait assez pour faire doucement virevolter ses soyeux cheveux roux. Il se répandait dans l'air une légère et agréable odeur de pain chaud tout juste sorti du four et de cookies et de toutes autres sortes de pâtisseries. Le rouquin s'aperçut alors qu'il avait terriblement faim et il se maudit intérieurement. Il savait que cela n'était pas une bonne solution mais son estomac se laissait guider par le parfum des friandises.

Il savait qu'il n'aurait pas du la suivre, parce qu'il était dans un rêve. Et que dans ses rêves à lui, pas moyen d'être tranquille. Depuis tout petit il avait toujours fait des cauchemars et il ne se souvenait pas d'un beau rêve tendre et moelleux comme souvent, le mot « rêve » définissait. D'ailleurs il en avait eu sa dose pour la journée des rêves, ils étaient tous comme cela. Il mourrait presque à chaque fois à la fin, magique, non?
Il réfléchit et se demanda ce qui lui arriverait dans celui là. Quand il était petit il se serait sûrement lui même fait dévoré par les brioches et tout le reste, mais maintenant qu'il était grand, à quoi pouvait-il donc s'attendre? Un horrible monstre allait peut-être le manger aussi, mais avec les brioches? Il allait peut-être se faire décapiter par un ours, ou encore se faire découper en rondelles en ressentant la douleur? Génial. Mais ça n'aurait pas pu être pire que celui qu'il avait fait un peu plus tôt dans la matinée. Noyé dans son propre sang, ça ne lui était jamais arrivé. C'était digne d'un film d'horreur.

Nathan passa la seuil d'une jolie maison, qui comme les autres étaient toutes blanches. La porte grinçait et le jeune homme savait que le silence qui l'entourait n'avait rien d'avenant. Il regarda partout autour de lui, puis avança encore un peu dans un grand couloir. Il se tourna vers sa gauche et découvrit la cuisine, où des pâtisseries se formaient toutes seules, belles et dorées, qui avaient l'air si vraies et goûteuses. Il ne pu résister plus longtemps: il entra dans la pièce et se jeta sur le premier gâteau qui lui tombait sous la main, le dévorant à pleines dents.

Et c'est là que le décor changea brusquement. Le ciel bleu azur tourna au gris, les murs blancs deviennent noir, le soleil laissa place à l'obscurité, et le silence fut brisé par un affreux bruit crissant venant de pas loin de Nathan. Un bruit de pas, comme si on trainait des pieds et qu'on avait quelque chose de coupant ou râpant dessous...
Le rouquin se retourna lentement: il avait l'habitude de ce genre de situation mais elle le faisait toujours frissonner. Il remarqua dans l'ombre de l'entre de la porte que quelque chose avançait irrémédiablement vers lui. Quelque chose avec deux yeux rouges transperçant... Et qui plus est avec d'énormes griffes au bout des doigts. Le jeune homme recula, percuta la table de bois et tomba à terre sous le choc. Il sentait qu'il ne pourrait pas s'en sortir, de toutes façons de tous ses rêves, il ne s'en était jamais sorti. Quelque chose d'autre suivi le monstre, ou plutôt quelqu'un. Une petite fille selon sa silhouette, mais elle n'avait pas l'air spécialement de lui vouloir du bien, et rigolait tout bas... comme une folle. Un rire cristallin d'enfant, marqué par la folie. Qu'est-ce que c'était misérable, affligeant, et surtout terrifiant. La gamine prononça quelques mots d'une petite voix fluette, comme si elle voulait l'attirer dans ses filets.

    «  Où es-tu? J'ai envie de jouer aujourd'hui, viens jouer avec moi... »


Sa voix était envoûtante mais Nathan résistait. Ou du moins il essayait.

    «  Où es-tu beau prince? J'ai pleins de jouets pour toi! »


Le rouquin ferma les yeux le plus fort qu'il pouvait. Il sentit quelque chose approcher.

    «  Oh! Je t'ai trouvé! Pourquoi te cachais-tu de moi, mon prince? »


Nathan ouvrit les yeux, il ne pouvait plus rien faire. Il était perdu. Il observa avec une appréhension non feinte le visage angélique de la fillette. Elle avait des cheveux bruns plutôt longs, attachés en deux jolies nattes qui entouraient son visage en cœur. Elle avait la peau incroyablement blanche, mais ses pommettes étaient légèrement rosies tout comme ses lèvres, contrastant le tout. Elle possédait deux grands yeux noisettes entourés de cernes et qui se teintaient parfois de rouge, lui donnant un air de folle. Elle était plutôt maigre, mais mignonne. Elle se rapprocha de lui, le prit dans ses bras, le serra fort. Le rouquin se laissa faire, déjà envoûté par la sérénité que son étreinte était en train de lui offrir. Une sérénité passive pourtant.

    «  Te voilà! Tu m'as manqué, prince! Joue avec moi, veux-tu? »


Nathan reprit conscience de « la réalité » et refit surface. Il se dégagea violemment de la jeune fille.

    « Lâche moi! LACHE MOI J'AI DIT! »


La petite fille ouvrit grands ses yeux, qui se teintèrent de haine un instant pour se remplir ensuite de larmes, comme si de rien n'était. Elle commença à sangloter, les larmes perlant de ses yeux et venant s'écraser sur ses vêtements. Elle était mignonne et elle paraissait si fragile. Nathan s'attendrit, une fois de plus il fit pris dans ses pièges.

    «  Pourquoi mon prince.. est-il méchant avec moi? »


Le jeune homme se perdit en excuses, ne sachant comment la réconforter. Il aurait tout fait pour qu'elle puisse retrouver le sourire.

    «  Je... Désolé. Je ne voulais pas. J'ai juste été un peu surpris. »


Il hésita puis repris, signant ainsi son arrêt de mort.

    «  On peut jouer ensemble si tu veux. »


La fillette leva ses grands yeux vers lui et afficha pendant un instant un air réjoui sur son visage.

    «  Je peux choisir le jeu? »


    «  Oui, celui que tu veux. »
répondit-il à la volée heureux de voir son sourire rendu.

Elle rit doucement, comme une enfant sage, puis s'arrêta. Elle prit alors un sourire sadique dévoilant des canines bien aiguës et ses yeux s'allumèrent d'une lueur mauvaise faisant ressortir ses cernes.

    «  Alors on va jouer au docteur. Je suis le docteur tu es le patient. »


Au moment où elle avait dit son jeu, Nathan avait su qu'il était perdu. Que rien ni personne ne pourrait plus rien pour lui. C'était terminé, il allait mourir. L'enfant l'attrapa brusquement par le col, et le souleva sans un effort. Elle commença à rire, d'un rire aigu, plus du tout fragile, plus du tout enfantin, méchant et fou. Elle l'envoya sur un mur, puis sortit un joli coutelas d'une petite sacoche accrochée à sa ceinture. Elle s'approchait lentement de lui, le soustrayant à la regarder, plantant son regard de folle dans le sien, lui rigolant au nez.

    «  Tu as une maladie bizarre. On ne sait pas comment te soigner. Je vais commencer par la saignée. »


Le rouquin hocha de la tête négativement tout en frémissant de peur. La voix n'était plus du tout la même, rugueuse, hachée, mauvaise.

    « N'aie pas peur enfin. Ca va juste faire un peu mal, mais c'est pour ton bien. »


Elle avait appuyé sur le dernier mot. Elle s'avança encore, s'accroupit à la hauteur du jeune homme, puis lui mis le couteau dans la bouche, et ouvrit sa joue en bougeant sèchement son bras vers la droite. Nathan hurla de douleur et sentit de nouveau le sang lui couler dans la gorge. Il était terrifié et il regardait l'enfant qui n'avait plus rien d'humain de son œil valide.

    «  Apparemment ce n'est pas dans ta bouche. » dit-elle comme si cela était « dommage »


Elle lui prit brusquement le bras et mis en évidence sous ses yeux la grosse veine vitale du poignet, qu'elle taillada. Il cria encore. Le sang coulait maintenant à flots et le jeune homme se sentait se vider lentement.

    «  Oups. Erreur médicale, ça arrive parfois. La chirurgie a ses défauts. »


Elle recommença à rire et elle ouvrit une grosse plaie dans sa jambe. Elle traça même un N dans sa jambe. Nathan serrait les dents, les larmes aux yeux.

    «  N, comme Nathan. Je continue avec les autres lettres? C'est comme pour les plâtres quand on marque des petits mots doux dessus. »


Et elle traça les autres lettres en rigolant encore plus fort. A chaque lettre qu'elle écrivait elle appuyait plus fort, et elle semblait devenir de moins en moins humaine, de plus en plus effrayante. Le rouquin tremblait de douleur, il était faible et il pleurait encore et toujours. La fillette le regarda droit dans les yeux, lui offrit un bisou sur la bouche tout doux, comme pour le rassurer, puis planta son couteau dans la cuisse droite du garçon. Et elle le refit, encore plus violemment, et encore, et encore, lui trouant la jambe comme un gruyère. Nathan recommença à hurler.
Quand l'enfant s'arrêta enfin, elle rigolait tellement fort que le jeune homme en avait mal aux oreilles. Elle le regardait de son regard de folle, les yeux grands ouverts, les cernes les entourant. Elle l'entoura de ses bras, l'embrassa sur la bouche puis dans le cou, puis lui murmura d'une voix douce à l'oreille.

    «  Je t'aime mon prince, tu le sais n'est-ce pas? »


Elle l'embrassa encore puis le regarda de nouveau, affichant encore une fois son sourire sadique.

    «  Et j'ai trouvé le moyen de te sauver. »


Elle posa une main sur son cœur et avisa d'y planter de suite son couteau. Mais elle passa sa main sous son t-shirt à la place profitant de la chaleur de son corps. Elle sentait le cœur du garçon battre à tout rompre. Cela la fit rire.

    «  N'aie pas peur. C'est le seul moyen pour que tu arrêtes de souffrir. »


Elle leva alors son bras, le couteau dans sa main, se préparant à l'abattre...


    " S'il te plait, réveille toi... ''


Nathan ouvrit lentement les yeux. Il eut du mal à retrouver la réalité. Il était adossé à un mur, plein de sang, mais sa joue n'était pas ouverte, sa veine n'était pas tailladée, et ses jambes étaient intactes. La fillette avait été remplacée par la jeune fille qui l'avait vu mourant avant qu'il ne sombre dans l'inconscience. Elle avait apparemment pris soin de lui mais sa respiration était courte et douloureuse, il avait une migraine atroce et son cœur battait toujours aussi vite. Il était terrorisé par le rêve qu'il venait de faire et il n'arrivait pas à se l'enlever de la tête. Il observait la jeune fille devant elle, avec soulagement et appréhension, et des larmes coulèrent le long de ses joues. Il la prit dans ses bras, et la serra très fort, tandis qu'il continuait de pleurer. Il avait tant eu peur, il avait besoin de réconfort. Il lui murmura des mots au creux de l'oreille.

    «  Merci, merci, merci. »


Et il lui répéta encore le mot, encore et encore jusqu'à ce qu'il n'en puisse plus et qu'il éclate en sanglots, plus forts. Il la remerciait pas seulement de l'avoir sauvé de la mort, mais aussi d'avoir veillé sur lui et surtout de l'avoir fait sortir son horrible cauchemar. Il resta encore dans ses bras, il ne voulait plus la lâcher. Pas tout de suite. Et il pleura encore dans ses bras, tel un enfant qui veut être consoler. Il n'aimait pas se montrer faible, mais il ne pouvait pas s'en empêcher. Et il savait qu'il pouvait lui faire confiance. Il avait ce sentiment inné. Il perdit la notion du temps, et pleura jusqu'à ne plus avoir de larmes.

Quand il se calma enfin, il rompit leur étreinte.

    «  Excuse moi, j'ai fait un horrible rêve. »


Il s'essuya le coin de la bouche, et lui sourit de son sourire franc.

    «  Comme je disais, c'est une drôle de façon de se rencontrer, mais... »


Il se leva, lui tendit sa main pour l'aider à se relever elle aussi.

    «  Je m'appelle Nathan Heartnet, et toi? »





[EDIT // Je me suis choquée moi même là]
_________________

[ Couleur d'Edition ]
Revenir en haut Aller en bas
Hinu
Modo - Nion & pomme d'amour fait fleurir les coeurs :]
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 06/05/2009
Localisation : Loin dans le brouillard.

Feuille personnage
Famille : Hybride
Situation sentimentale :
Pouvoirs / Facultés :

MessageSujet: Re: Une rencontre plutôt dramatique. [ Hinu]   Dim 15 Nov - 15:59

Hinu se tenait toujours à genoux près de lui quand il ouvrit enfin les yeux. Son cœur s'emballa et son regard s'anima quelque peu, mais elle remarqua vite son air un peu effrayé. Était-ce elle qui lui faisait peur, de se trouver ainsi postée au dessus de son corps précédemment endormit ? La bouche entrouverte, elle constata les larmes qui coulaient sur ses joues. Le jeune garçon roux se redressa et la prit subitement dans ses bras, tremblant comme une feuille. Elle l'entendait pleurer à son oreille. La jeune femme se trouva prise au dépourvu, son regard furetant sur le dos du jeune homme roux, elle ne savait pas quoi faire...

« Merci, merci, merci. »


Elle le serra contre elle pour qu'il s'arrête de pleurer, avait il eut si peur de mourir de son horrible quinte de toux ? Comment pouvait-elle espérer comprendre ce qu'il avait enduré... Elle qui avait été si peu malade dans sa vie. Hinu l'entendait murmurer des remerciements inlassables, et il fondit en larmes. Larmes qui lui déchirèrent le cœur, il la serrait si fort contre elle qu'elle sentait ses puissants sanglots se répercuter contre sa propre poitrine. Son cœur se serra et elle ferma les yeux, ses bras entourés entour de son dos comme un étau de réconfort. Elle ne disait rien, le laissant déverser son flot de tristesse, de douleur. Il pleura pendant plusieurs minutes, et elle le maintint contre elle sans protester, il avait l'air d'aller vraiment mal, et la seule chose pour l'instant qu'elle avait envie de faire c'était le réconforter, le tenir contre elle, pour qu'il cesse de pleurer. Au bout d'un moment, ses pleurs s'apaisèrent et Hinu ouvrit les yeux pour regarder la chevelure rousse de sa tête, passée par dessus son épaule. Elle avait elle même posé son menton sur l'épaule du jeune homme, obligée de se casser un peu le cou car il avait une silhouette bien plus imposante que la sienne, il était beaucoup plus grand qu'elle, avec sa fine carrure. Ce grand garçon qui pleurait dans ses bras lui inspirait un sentiment de confiance et d'une certaine tendresse, elle avait envie de le cajoler et le bercer, comme un petit garçon... Il se détacha enfin d'elle, et elle l'observa, le visage un peu soucieux.

« Excuse moi, j'ai fais un horrible rêve. »

Il lui adressa un sourire qui lui réchauffa le cœur, lui montrant qu'il allait mieux. Peut-être ses bras lui avaient-il fait du bien ? Pleurer aussi surement. Elle le regarda droit dans les yeux et il se leva doucement. Comment pouvait-il tenir debout après tout le sang qu'il avait craché, après toutes les larmes qu'il avait pleuré ? Elle l'observait, toujours à genoux, paraissant encore plus petite que d'habitude.

« Comme je disais, c'est une drôle de façon de se rencontrer, mais... »

Il se redressa et lui tendit la main, toujours avec ce sourire. Elle saisit doucement ses doigts de sa main gantée de velours. Elle se rendit compte que son gant était trempé par l'eau qu'elle avait utilisé pour faire baisser la fièvre, elle n'y avait pas fait attention dans pendant qu'elle le soignait, ses pensées étant déjà accaparées par son cas. Elle l'enleva en fronçant les sourcils et la superbe écaille bleue qui brillait sur le devant de sa paume scintilla à la lumière du jour extérieur qui baissait peu à peu. Cela faisait donc si longtemps qu'elle était avec lui, dans cette auberge qui paraissait vide de monde ? Elle retira l'autre gant, qui dévoila son autre écaille, en lui adressant un sourire à son tour, voyant qu'il s'apprêtait à parler.

« Je m'appelle Nathan Heartnet, et toi? »

Hinu leva le regard vers lui après avoir enlevé son gant gauche et se frotta doucement les mains dont la peau des paumes avaient été un peu fripée par l'eau du gant.

« Hinu... Hinu tout court. »

Elle sourit et remit ses cheveux en place, ils étaient encore mouillés par la pluie qui tombait encore à torrent dehors. Elle soupira doucement et leva le regard vers lui, ce jeune homme roux. Que faire maintenant ? Allait-il mieux ? Elle entendait toujours sa respiration un peu rauque et entrecoupée, elle avait un peu peur à vrai dire. Pas de lui non, mais qu'il aie encore une nouvelle crise... Hinu voulait lui parler, lui parler encore, à ce Nathan. Nathan Heartnet. C'était un joli nom, elle, elle trouvait en tout cas, elle n'avait jamais rencontré d'autre Nathan que lui, et elle savait dès maintenant qu'elle se souviendrait toute sa vie de cette rencontre un peu spéciale. Mais elle ne regretterais jamais cette rencontre, parce que quand elle le regardait, elle voyait combien il avait l'air exceptionnel, combien il avait l'air gentil. Il lui avait même sourit dans cet instant là. Il s'était remit debout, près à affronter les épreuves futures, et il lui avait même tendit la main pour l'aider. Ce garçon était malade, vraiment malade. Elle en aurait pleuré si elle avait été seule. C'était un destin tellement cruel, tellement, tellement... Allait-il mourir bientôt ? Ou au contraire persister malgré son infirmité ? Comment pouvait il continuer d'avancer et se relever à chaque fois, se mettre debout pour braver les nouvelles épreuves. Elle reprit ses esprits et rougit un peu. Un petit silence s'était installé entre eux, elle ne s'en était pas rendu compte, et cela faisait 3 bonnes minutes qu'elle le fixait dans les yeux, avec un air un peu triste et désolé, oui, ses yeux étaient réputés pour avoir la particularité d'être extrêmement expressifs. Elle eut un sourire gêné et ouvrit la bouche pour parler :

« Tu vas mieux ? Je ne savais pas combien de cachets te donner, alors je t'en ai donné juste un... »

Elle soupira un peu puis alla poser ses gants sur son sac qui trônait non loin d'elle, et elle se rappela soudain qu'elle venait d'arriver en ville pour travailler ici même, dans cette auberge, l'auberge Feanor. C'était sur un coup de tête qu'elle était venue... Et elle l'avait rencontré. Travaillait-il ici lui aussi ? Pourtant il était malade, il ne devait pas s'épuiser en taches quotidiennes, sinon il aurait d'autres crises comme celle la, peut-être qu'il ne survivrait pas cette fois ci... Elle leva le regard vers lui et une foule de question traversa son esprit, ses yeux sourirent à la place de ses lèvres et elle choisit celle ci :

« Tu loues une chambre dans l'auberge ou tu y travailles ? »

Hinu posa, par réflexe, ses doigts sur l'écaille bleue derrière son oreille, entre ses soyeux cheveux noirs de jais. On aurait pu dire que c'était un tic, mais la peau autour de la pierre azur la piquait toujours affreusement, sans répit quelconque. Elle n'avait jamais compris à quoi elles servaient, pourquoi étaient elles apparues un jour. Mais elles étaient là, et elles la dérangeaient depuis le début, même si elles étaient belles, qu'elles scintillaient magnifiquement quand le soleil perçait à travers les nuages, Hinu ne les aimait pas... Parfois elle se réveillait au beau milieu de la nuit, son corps transit de douleur, sa peau la picotait, c'était une sensation plus que désagréable, car quoi qu'elle fasse elle avait toujours plus mal. La seule chose qui pouvait faire cesser sa douleur était un bain glacé, et il n'y en avait pas toujours un là où elle dormait... Or la sensation derrière son oreille commençait à s'étendre dans sa nuque, elle serra ses doigts sur son écaille en serrant les dents, frotta un peu sa nuque, puis remit son bras le long de son corps en le regardant, se re concentrant sur lui, elle constata que sa respiration s'était un peu apaisée, et elle sourit, rassurée que les chances d'une nouvelle crise s'amenuisaient. Mais tout pouvait malgré tout arriver... Elle le savait très bien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Nathan Heartnet
Admin - Colgate & Positive attitude & I ♥ U.
avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 21/04/2009
Age : 25
Localisation : Là où son coeur le portera...

Feuille personnage
Famille : Hybride
Situation sentimentale : Célibataire
Pouvoirs / Facultés : Feu + Lames X2 + Pistolet

MessageSujet: Re: Une rencontre plutôt dramatique. [ Hinu]   Dim 13 Déc - 13:23

[ Post de merde excuse moi, ça part complètement en couilles. >___< ]


    -« Hinu... Hinu tout court. »


Hinu. Elle s'appelait donc Hinu. C'était joli comme prénom, simple, court, efficace. Même si Nathan ne savait pas ce que l'adjectif « efficace » donnait sur un prénom, il le pensait. Elle avait prononcé ce nom d'une petite voix qui rendait le tout encore plus joli.

Le rouquin observa le regard qu'elle avait posé sur lui et le sourire qui étirait ses lèvres. Cela lui donnait envie de le faire encore plus avec les siennes. Hinu était jolie, de longs cheveux noirs entourant son visage, deux yeux ambrés, une silhouette fine et élancée comme il les aimait. Le jeune homme remarqué alors l'inquiétude qu'il lisait nettement dans son regard. Il voulu la rassurer de suite, seulement il se sentit légèrement tituber. Il se rattrapa, poussa un juron et décida de s'appuyer sur le mur pour ne pas tomber. Puis il re-pointa son regard sur la jeune fille et vit qu'elle sortait doucement de ses pensées. Elle rougit et puis parla d'un sourire gêné.

    -« Tu vas mieux ? Je ne savais pas combien de cachets te donner, alors je t'en ai donné juste un... »


Nathan la regarda sans rien dire quelques instants, puis il lui offrit un grand sourire rassurant qui découvrit ses belles dents blanches légèrement rougies de sang. Il rit franchement mais avec difficulté à cause de sa respiration douloureuse.

    -« Eh bien je peux m'estimer heureux alors. Au bout de trois je serais probablement mort. »


Et il disait cela comme si « ouf » c'était rassurant. Cela donnait un peu l'impression qu'il aurait pu mourir peu lui importait. En même temps il y échappait si souvent que c'était presque devenu pour lui une échappatoire, quelque chose d'inévitable. Ca l'était d'ailleurs, même si pour lui ça risquait d'arriver plus tôt. Il savait qu'à chaque fois qu'il prenait un cachet, ça ne faisait que ralentir son voyage vers la mort.

    - « Je devrais peut-être marquer qu'il faut que je prenne qu'un cachet mais... Ça me dissuaderais d'en prendre trois si jamais j'ai dans l'idée de me suicider. » plaisanta t-il


Il ne se rendait pas compte à quel point en voulant être rassurant, il ne l'était pas. Du tout.


Hinu eut l'air tout excité et s'approcha de lui. Elle lui posa une question en souriant visiblement de l'intérieur.

    - « Tu loues une chambre dans l'auberge ou tu y travailles ? »


Le rouquin ouvrit de grands yeux tous ronds et les cligna deux fois avant de réaliser.

    - « Eeeeh meeeeerde. » dit-il pour seule réponse.


Il se frappa le front fort, toussota sur le coup puis regarda autour de lui.

    - « Mais quel con. Mon rendez-vous! J'aurais pas pu manquer de crever un autre jour? »


Il s'essuya le front qui était toujours un peu chaud et marcha un peu dans le hall, l'observant pour trouver une probable porte. Il la trouva et se retourna vers Hinu.

    - « Est-ce que tu sais combien de temps j'ai dormi? Parce qu'en fait j'avais un rendez-vous pour pouvoir travailler ici. »


Il soupira en fermant les yeux, se maudissant lui même.

    - « Ah mon dieu... Je suis un boulet, un réel boulet. »


Il posa la tête contre le mur, frappant du poing contre celui ci.

    - « Merde. Je me demande bien comment il va réagir si je me pointe maintenant... En plus il paraît qu'il est pas commode. Mais bravo Nathan, t'as réussi ton coup ça c'est sûr. Tu ferais mieux de crever tiens, au moins tu pourrais plus manquer de le faire un jour aussi important. En fait, je suis sûr qu'on veut que je crève, mais lentement. Pouah, j'aurais jamais le remède et j'vais crever comme un con. Dans d'atroces souffrances, ahalala. Et en plus avec un échec social. Bingo. »


Le fait qu'il se blâmait lui même rendait son monologue encore plus étrange. Il ne dit rien pendant quelques minutes puis se retourna vers la jeune fille pour qui il éprouvait maintenant une grande affection.

    - « Ah excuse moi. En fait je l'ai raté du coup j'espère que je pourrais quand même travailler ici... »


Il s'approcha de nouveau d'elle, se pencha un peu à sa hauteur et lui offrit un grand sourire rassurant.

    - « Et toi? Tu veux travailler ici aussi, peut-être? Où tu y es déjà? Si c'est la première option ce serait sympa qu'on aille ensemble voir le gérant. Si c'est la deuxième tu peux plaider ma cause? Non en fait je mérite pas qu'une aussi jolie fille fasse ça pour moi... »


Il s'arrêta et regarda la salle plus en détails. Elle était dépourvue de fenêtres et ne logeait qu'un meuble à côté d'un mur. Quelques plantes vertes animaient le tout mais la pièce en elle même n'avait rien de très accueillant. Le pire était que maintenant, depuis qu'il était arrivé, il y avait des trainées rouges sur le parquet et même un peu partout. Il ouvrit de grands yeux et se rappelant se frappant le front, maugréant des excuses.

    - « Et me voilà encore plus con. J'ai été crade, pardon... Oh! »


Nathan porta soudain une oreille attentive au dehors. Il aimait le son qu'on entendait à travers la porte. Bien que peu couvert il l'ouvrit et sortit en trombe, sous la pluie diluvienne qui tombait. Les cliquetis de l'eau s'écrasant sur le sol était une mélodie qui n'était pour lui comparable à rien d'autre. La fraicheur des perles coulant sur son visage et parcourant son corps lui donnait des frissons et le revigorait. Le jeune homme ferma les yeux et sentit l'odeur de la pluie. Il se sentait bien ici, à sa place. Il aimait la pluie, plus que jamais, plus que quiconque.

Le rouquin rouvrit les yeux et vit Hinu qui se gardait bien de sortir dehors sous cette pluie. Nathan lui offrit un sourire charmeur heureux et vint la chercher, il l'attira dehors et tourna avec elle sous l'eau tourbillonnante. Il rigola d'un rire clair et ne lâcha pas sa main.

    - « J'aime la pluie, pas toi? »


Il la regarda, milles étincelles dans les yeux. Quand il se trouvait sous la pluie il oubliait tous ses problèmes, toute sa vie, tout son passé. Il oubliait qui il était, ce qu'il faisait là et il profitait simplement de la joie de pouvoir regarder ce magnifique spectacle que dansaient les gouttes d'eau.

Quand il fut fatigué de tourner il s'assit sur un petit muret de pierre serrant toujours la main d'Hinu dans la sienne. Il faisait de plus en plus sombre et Nathan ne distinguait la jeune fille que par la lumière. Cela était d'autant plus beau. Après quelques minutes de silence, le jeune homme regarda sa nouvelle amie et lui souriant il lâcha.

    - « Tu es une hybride n'est-ce pas? »


Il n'avait aucune intention de l'effrayer. Il savait mieux que quiconque que dire qu'on est hybride est dangereux et rabaissant, mais il espérait que la jeune fille comprendrait que ses intentions n'étaient pas mauvaise. Il l'était aussi, à quoi bon se le cacher?

_________________

[ Couleur d'Edition ]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une rencontre plutôt dramatique. [ Hinu]   

Revenir en haut Aller en bas

Une rencontre plutôt dramatique. [ Hinu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kion Olstars :: ♈ Arcansa - Ville de rêve ♈ :: Auberge Feanor ♊ :: Rez-de-chaussée :: L'entrée -