AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

Tu te fous de moi là ...? [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Kilian Lilwenn
Fondatrice & vieille vénérée - Elle est sadique et a des tendances maso...
avatar

Messages : 496
Date d'inscription : 19/04/2009
Age : 26
Localisation : Devant l'ordi...

Feuille personnage
Famille : Hybride
Situation sentimentale : Célibataire
Pouvoirs / Facultés : Il n'a pas encore découvert ses pouvoirs elfiques qui sont en retard. Il se base sur sa force brute et son épée. // Il a des pulsions meurtrières suite à la lignée de sa famille ( NON CONTROLE )

MessageSujet: Tu te fous de moi là ...? [LIBRE]   Mar 23 Juin - 16:06

Hell J. Vining, ce nom ne faisait ni chaud ni froid à Kilian. Plusieurs rumeurs couraient au sujet de cette ville assez mystérieuse finalement. Pourtant il s’en accommodait. Même, au fond cette ville lui ressemblait, elle avait quasiment la même réputation que lui. Il marchait d’un pas ni trop pressé, ni trop lent, il ne savait pas exactement où était sa destination, et sérieusement il s’en fichait. Il se baladait sous la pluie, une fois de plus, elle ne le dérangeait pas plus que ça, hormis sa phobie évidente des grandes étendues d’eau, car oui Kilian ne savait pas nager, et refusait catégoriquement d’apprendre cette discipline, selon lui c’était inutile et sans intérêt. En fait personne ne savait exactement d’où venait ce traumatisme, en fait cela venait de son enfance, son père avait organisé une petite sortie en famille, en ce temps là, Nillyr n’était pas encore venue au monde, et c’était la belle époque pourrait-on dire. Il n’y avait pas beaucoup de problème, tout était paisible dans la famille, malgré le mal qui se répandait à l’intérieur du père. En plus, à cette époque Kilian ne se doutait pas de la souffrance silencieuse de son paternel. Le père et la mère allaient l’air d’être si heureux… Kilian était dans un environnement si chaleureux, il en pouvait être heureux, et à cette époque aussi, Kilian souriait de son grand sourire. Le pique nique se faisait près du lac, et c’est la première fois que Kilian se confronta à l’eau, son géniteur avait décidé de lui apprendre à nager, sous le regard attendrit de sa mère. Il avait mit un pied dans l’eau puis deux, trois, son père le prenant par la taille pour l’aider. Il commençait à apprendre à nager tout doucement. Mais la pulsion du père arriva sans prendre garde, il mit la tête de Kilian, qui ne comprit pas se qui se passer, la tête dans l’eau il commençait à s’étouffer. Il se débattait, mais la force du père était trop grande, heureusement que sa mère avait accouru pour l’écarter de son fils, qui respirer avec mal. Kilian s’était traîné hors de l’eau, en toussant bruyamment, il jeta un regard effrayé à son père. Depuis ce jour, il refusa de s’approcher de l’eau, la scène le hantant, car oui, il avait bien cru qu’il allait mourir ce jour là, et que ce soit son père s’était encore plus traumatisant, et en plus depuis cet instant il ne montra plus jamais de sourire, et c’est le Kilian que nous connaissons maintenant qui apparut à cet instant. La rue était déserte, une émotion qui n’aimait pas le gagna en repensant à ce souvenir. La nostalgie. Oui, ce sentiment était embarrassant, et il ne savait pas, ou plutôt il ne savait plus quelle expression prendre. Il adopta alors une expression neutre, il marcha dans une flaque d’eau profonde, il retira instantanément son pied en murmurant un juron. En effet le temps laissait vraiment à désirer, le ciel était gris limite noir, et la pluie était de plus en plus forte, bientôt sa capuche ne lui servirait plus à rien, elle même presque totalement trempée. Il fallait qu’il trouve un endroit où s’abriter, il alla à droite : une ruelle un peu miteuse. Il se plaça à côté une poubelle qui commençait à sentir, et s’en était très déplaisant. Mais au moins il était à l’abris, du moins jusqu’à ce que ce foutu chat sorte précipitamment de la poubelle, foutant une peur bleue à Kilian qui recula d’un bon mètre, se retrouvant à nouveau sous la pluie. Le chat noir lui avait fait peur sous le coup de la surprise, il mit sa main sur son cœur tentant de le calmer. Il ferma les yeux de secondes, puis son rythme cardiaque finit par reprendre son cours normal, et heureusement. Deux choix s’offrait à lui, continuer sa route, où entrer dans ce bar miteux. Finalement, il décida de continuer sa route, sa mauvaise humeur le gagnant. Peut être s’était-il trompé en fait, cette ville n’était pas du tout comme lui ! Il fronça les sourcils, elle était miteuse, pas lui. Elle attirait les mauvais regards, pas lui. Elle était triste… Il se détourna de la route principale, pour aller dans une rue plus étroite, entre un restaurant 2 étoiles, et un bar, il passa devant sans prêter la moindre attention au hommes du bar qui le regardaient fixement. L’un d’entre eux se leva et vint à la rencontre de Kilian.


    « Hey coco. T’as du fric ? »


Kilian s’arrêta, et leva ses yeux rouges qui était la seule chose visible sur son visage à cause de l’ombre de la capuche. L’homme recula un peu mais continua :


    « File moi ton fric. »


Kilian fixa l’homme avec pitié mais ne bougea pas pour autant, restant silencieux, il en avait marre des blaireaux comme lui. Ils le lassaient tellement qu’il ne répondait même plus à leurs provocations. Kilian mit ses mains dans les poches, montrant son air las à l’inconnu qui le prit très mal, ses amis le sifflant. Oui, c’était un mec qui craignait vraiment… Pff, vous feriez quoi à sa place ? Alors qu’il fonçait sur lui, Kilian se déplaça sur le côté de quoi ? Deux pas, faisant un croche patte à l’homme qui se prit la poubelle d’en face. Et en plus il puait l’alcool à 10 mètre de diamètre autour de lui. Il jeta un regard vers les autres, qui s’étaient levés eux aussi. Kilian soupira d’exaspération, note à rajouter sur cette ville : Fallait faire le ménage, et à fond. Les quatre autres coururent vers lui en brayant comme des bêtes, tous soul. Bien sûr, il n’eut aucun mal à éviter chacun d’eux, qui partirent rejoindre le premier. Kilian finit par se retourner vers eux, quand il sentit une prise au niveau de son pied. L’homme avait un air implorant sur le visage. Kilian fronça les sourcils.

    « Po..ur ma.. famille. Pitié. »


Ces mots pincèrent si fort le cœur de Kilian, qu’il en fut complètement retourné, mais pour qui se prenait-il celui là ? Lui rappelait son crétin de père. Son destin à lui. Son destin qui était de mourir à cause d’un mal inconnu qui le ronger de l’intérieur. S’en fut trop. Il sortit son épée qui était cachée jusqu’à présent dans son dos, et la pointa sur l’homme qui eut un air horrifié. Le coup partit au quart de tour, les 5 coups partirent, puis suivirent de beaucoup d’autre. Le sang était mêlé à la pluie, Kilian n’était pas satisfait pour autant, et il s’acharna sur les corps inertes avec rage, pour finir il cracha sur eux, et partit d’un mouvement de cape, il avait quelques tâches de sang sur lui, et il entendait déjà ce stupide gérant lui remonter le bretelles, chose inutile. Il continua tranquillement son chemin comme si de rien n’était, mais il fut interpellé par une personne, un témoin certainement. Il haussa les épaules et continua son chemin, mais il sentit la personne le suivre, il ne fit rien et continua. Mais les pas dans les flaques l’énervèrent plus qu’il ne l’aurait voulu, et il se retourna d’un mouvement, son mouvement restait élégant, même si ses yeux lançaient des éclairs.

    « Putain, qu’est-ce que tu veux ?!! »


Il fixait la personne avec colère, mais qu’est-ce qu’elle voulait à la fin, merde ! Si elle voulait quelque chose, elle aurait pu demander. Mais une part de lui se disait, si elle avait vu le massacre, peut être n’osait-elle pas tout simplement. Il jeta un regard au cinq corps par terre, et pour certains complètement découpés, un bras par ci, une jambe de l’autre… Enfin.
Il croisa les bras, et appuya son épaule contre un mur, jouant sur la patience, pour une fois. La pluie était pourtant très forte, et il se demandait ce que cette personne foutait dehors par ce temps, enfin lui même ne savait pas trop se qu’il fichait dehors par ce temps, mais lui il avait de bonne raison d’être si distant, et désespéré par ce temps de pluie. Bon ok, sa patience avait des limites, alors si elle pouvait se grouiller de s’expliquer cela l’arrangerait.


[Je posterais à partir de maintenant, ...qui veut répondre ? =)]

_________________


{ Couleur d'édition - Journal }
Revenir en haut Aller en bas
http://kionolstars.superforum.fr
Mizu Sesui
Modo - Chienchien d'une sadique. :] - Ame soeur de Nathan.
avatar

Messages : 97
Date d'inscription : 06/05/2009
Age : 24
Localisation : Auberge Feanor.

Feuille personnage
Famille : Elfe
Situation sentimentale : Célibataire
Pouvoirs / Facultés : Contrôle de l'eau.

MessageSujet: Re: Tu te fous de moi là ...? [LIBRE]   Sam 14 Nov - 1:31

Les premières gouttes d'eau s'écrasaient sur mes petites pommettes relevées. J'étais assise sur un rocher dans la forêt et réfléchissait à tout ce que mettait arrivé dernièrement. C'était bête mais je me sentais seule, vraiment seule. Alors que bien sûr, je n'étais jamais vraiment seule dans l'auberge. Je logeais dans une chambre avec deux autres clients, un garçon et une fille. Le pauvre, il devait se sentir franchement à l'écart avec deux filles. Je n'avais pas encore rencontré ma colocataire, mais mon colocataire, je l'avais croisé dans un couloir. Il sortait de notre chambre et moi, je rentrais dedans. Quand je l'ai vu, j'ai tout de suite rougi puis, me suis repris quand j'ai détourné mon regard de lui. Il était vraiment beau, ça m'avait vraiment surprise, même carrément choquée. Qui sait, peut-être n'est-il pas aussi beau à l'intérieur ? J'aimerais tant le savoir, mais à par le soir, je ne le verrais surement pas dans la chambre, qui est notre seul lieu en commun je crois. Je fixais un point, une feuille toute verte plus exactement. Vous savez, quand vous êtes plongé dans vos pensées et que vous vous rendez même pas compte que vous ne bougez plus, comme figé. Et bien, c'était mon cas à ce moment même. J'avais même pas remarqué l'écureuil qui était installé à côté de moi à manger une noisette. Pourtant, j'entendais le bruit qu'il faisait, mais j'étais tellement bien là, seule dans mes pensées, enfin.
Quelques minutes plus tard, je sursauta. L'animal était partie en vitesse car maintenant, ce n'était plus des douces gouttes d'eau qui me caressées le visage, mais des cordes qui me claquaient plus qu'autres choses. J'adorais la pluie, rien de plus normal vu que c'est la substance liquide que j'arrive à contrôler, mais là, je devais m'abriter sinon, je tomberais malade et je ne pense pas vouloir contaminer les personnes à l'auberge. Je me mise à courir en me protégeant la tête grâce à la capuche de mon grand manteau noir. J'avais froid, des frissons me parcouraient tout le corps, de la tête aux pieds. Mes dents claquaient les unes contre les autres et j'essayais de me réchauffer en frottant énergiquement mes bras. Rien à faire, il caillait toujours autant malheureusement. Je m'arrêta de courir et fit un tour sur moi-même pour regarder les alentours. J'étais bientôt à la lisière de la forêt mais, où exactement ? A l'ouest ? A l'est ? Dans le nord ? Dans le sud ? Je refis un tour et finit par lever les épaules; tant pis, à la guerre comme à la guerre, je pris un chemin au hasard, ça me mènera forcément quelque part. Je courais à vive allure, la respiration haletante mais j'évitais de m'arrêter avant de voir ne serait-ce qu'une grange, une ferme... J'avais soif, terriblement soif. Je mis mes mains en forme de coupe et attendit que l'eau en déborde presque pour la boire. La moitié partait sur les côtés à cause de mes mouvements brusques mais la coupe se remplissait rapidement. Je sentais l'eau passait dans ma gorge et suivre son chemin habituel. Ca me faisait presque mal étant donné que mes poumons étaient comme secs juste avant. Mes pieds souffraient aussi, mais je n'y prêtais aucunes attentions.
Cela faisait bien trente minutes que je courais et je n'en pouvais plus. Tous mes sens étaient en éveille. Je voulais voir une maison, entendre le bruit de pas, sentir un parfum, toucher de la nourriture pour la porter à ma bouche et la manger. Je m'appuya sur quelque chose de dur. Je ne fis pas tout de suite attention mais après avoir repris un souffle régulier, je regarda sur quoi j'étais appuyé. Un mur. Un simple mur me direz-vous. Mais non, pour moi, à ce moment, c'était un rêve ! Je me remise à courir en fixant toutes ces pierres empilées en souriant. Je m'arrêta devant une maison qui était le début d'une longue filière d'autres bâtiments. Je me refusais d'entrer, rien de plus normal sinon, je commettais une infraction. Je vis une pancarte au croisement de deux routes. Je plissa des yeux pour mieux voir et put lire après mures réflexions " Hell J. Vining ". Jamais entendu parler ! Malgré la pluie, je pouvais distinguer diverses choses. Autant les plantes donc la verdure de cette ville, autant je pouvais voir toutes les maisons mais aussi les auberges, les bars, etc... Je me remise à marcher, doucement cette fois et souriais à pleines dents. La tempête ne voulait apparemment pas s'arrêter et ça ne me dérangé plus. La chaleur de mon corps avait augmenté grâce à ma course et mon manteau évitait que je sois trop mouillée.
Pendant que je visitais, j'entendis des gros bruits, comme si quelqu'un se prenait des boites. Curieuse, je marcha jusqu'à la rue où la scène se passait. Je sursauta quand je vis des hommes dans une poubelle. J'avais envie de rire mais quand je remarqua qu'un homme - vu sa carrure - sortait une épée de derrière lui, je tressaillis. Il donna un coup puis d'autres au soulard qui était par terre. Je tremblais légèrement de peur, je ne pouvais pas décoller mes yeux de ce massacre. Le meurtrier s'acharna ensuite sur ceux qui été dans la poubelle. J'apercevais des bras et des jambes loin des corps des propriétaires de ces membres. Plusieurs fois, j'eus des hauts le cœur mais je réussis à retenir mon vomi. Le groupe d'homme poussait des cris, des supplices aussi à leur agresseur, qui lui, ne s'arrêta pas pour autant, sans pitié. Bizarrement, l'assassin me disait vaguement quelque chose... J'avais l'impression de déjà vu. Sa démarche, sa souplesse, son élégance, ses cheveux, tout. Je voyais deux rubis à la place de ses yeux. Je me rappela alors de l'avoir vu à l'auberge et que le gérant était derrière lui entrain de crier son nom. Ki... Kilam ? Non. Kilian ? Oui c'est ça ! Sans m'en rendre compte, je cria son nom qui résonna dans la ruelle:

« KILIAN ! »

Le jeune homme ne se retourna même pas. Il haussa simplement les épaules et commença à partir. Je voulais rentrer à l'auberge et je ne connaissais pas le chemin pour y aller. Je décida de le suivre. Peut-être allait-il rentrer lui aussi ? Je l'espérais. Je le suivais doucement, sans faire de bruit. Malheureusement, les flaques d'eau étaient trop nombreuses et je marchais dedans de temps en temps. Il se retourna brusquement, je m'arrêta net de peur en voyant l'expression sur son visage, de la colère:

« Putain, qu'est-ce que tu veux ?!! »

Je resta là, sans rien dire, pétrifiée sur place. Il finit par s'appuyer sur le mur d'à côté et attendit que je réponde à sa question. Après 4-5 minutes, je finis par me décider:

« Euh, bin je... Enfin je voulais... »

Je repris mon souffle et déballa d'un coup:

« Je voulais te suivre car je sais que tu vis dans la même auberge que moi et je ne connais pas le chemin pour rentrer malheureusement... »

Je le regarda puis baissa la tête, gênée.


[ Tadaaam... Okay, désolée i.i ... Je sais, il est nul mais je voulais te répondre depuis tellement longtemps ( mais j'avais pas trouvé le temps pour ) et donc tac :3 Je voulais poster sur Kion alors, voilà, c'est fais 8D ]
_________________


Couleur d'édition - Journal
Revenir en haut Aller en bas
Kilian Lilwenn
Fondatrice & vieille vénérée - Elle est sadique et a des tendances maso...
avatar

Messages : 496
Date d'inscription : 19/04/2009
Age : 26
Localisation : Devant l'ordi...

Feuille personnage
Famille : Hybride
Situation sentimentale : Célibataire
Pouvoirs / Facultés : Il n'a pas encore découvert ses pouvoirs elfiques qui sont en retard. Il se base sur sa force brute et son épée. // Il a des pulsions meurtrières suite à la lignée de sa famille ( NON CONTROLE )

MessageSujet: Re: Tu te fous de moi là ...? [LIBRE]   Dim 15 Nov - 9:52

La pluie tombait puissamment sur les corps inertes, ainsi que sur Kilian et cette jeune elfe. Si fort, qu’il la sentait filtrée à travers sa cape, l’atmosphère se fit très lourde, puis un grondement dans les nuages se fit entendre : un orage. Il éclata presque instantanément à la pensée de Kilian, avec un éclair qui parcourut le ciel assombrit, éclaircissant alors le visage de Kilian avec une lumière blanchâtre et aveuglante, pourtant malgré cette forte lumière, l’intensité des yeux rouges du jeune homme perçaient le filament de lumière de l’éclair. Le tonnerre continua ses grondements de plus en plus puissants, de toute manière c’était la saison à orage en ce moment. Kilian rangea son épée et fixa la fille qui avait parlait un peu précipitamment et qui était sûrement celle qui l’avait appelé tout à l’heure faiblement vu que le bruitage des gouttes de pluie s’imposait totalement dans la ville.

« Euh, bin je... Enfin je voulais... »


Kilian croisa les bras, impatient. C’était chiant les gens qui voulait absolument attirer votre attention et qui ne savaient pas s’expliquer clairement. Il soupire d’exaspération déjà lassé de l’entendre. La pluie écrasait ses quelques mèches vertes foncés sur son visage, pourtant il restait là à attendre son explication stupide, comme son allure stupide. Quelqu’un de stupide n’avait rien à foutre dans cette ville. C’était une ville à mauvaise réputation, et de plus, le temps y était déplorable aujourd’hui. Etait-elle folle ou cinglée ? Haha… Il se contenta de la regarder :

« Je voulais te suivre car je sais que tu vis dans la même auberge que moi et je ne connais pas le chemin pour rentrer malheureusement... »

L’auberge Feanor ? Elle y était ? Il ne l’avait pas encore croisé, curieux… Il haussa les épaules d’un air tu-me-fais-chier-lâche-moi et se retourna pour continuer son chemin, mains dans les poches :

« Qui te dit que je retourne à l’auberge ? Tu es conne ou quoi ? Et puis lâche moi les baskets j’aime pas qu’on me colle, y’en a déjà une qui le fais 24/24h –Olwenn- alors une deuxième c’est NON MERCI. »

Il accéléra le pas comme pour souligner sa parole. Il en était absolument pas question qu’il serve encore d’escorte à une fille paumée qui ne savait pas lire une carte seule. Il aura tout vu, une débile, une naine stupide et une paumée… Mais où va le monde ?! S’il était dirigé par des gens comme ça, Kilian aurait voulu vomir ou pire, se suicider de suite. C’était impensable qu’un monde soit dirigé par des gens débiles. Rien que de penser à l’économie, l’armement, la politique, c’était déjà ENORME, vous entendez ? ENORME de se charger de tout ça, alors vous imaginer des mongols jouant à tralala pouin pouin ou au petit train parce qu’ils ne savent pas quoi faire dans des situations critiques ? Mais c’était inamissible ! Il ne savait même pas pourquoi sa pensée avait été aussi profonde comme ça mais bon, c’est en voyant cette femme… ! Elle avait être beau gênée, Ô grand dieu JAMAIS il ne l’aiderait, il se jura mentalement de ne plus jamais s’arrêter même pour une bourse d’or devant quelqu’un de paumé. Puisque Kilian était certain de se retrouver dans le même sac qu’eux à la fin, à force de fréquenter ce genre de personne, c’était pas possible pour lui. Cette idée toute faites dans sa tête était impossible. Il serra les poings et tourna à gauche, dans une ruelle ou plutôt une impasse. A son approche, des chats fuguèrent des poubelle sentant sûrement son aura maléfique, étant de mauvaise humeur. Et puis, en laissant cette conne se démerder seule, il l’aidait aussi, fallait être autonome dans ce monde cruel, il fallait survivre tout simplement. L’injustice était très présente, et Kilian en fut victime. Bizarrement cela ne lui procurait aucun effet, pas de tristesse, pas de colère de repenser à ça. C’était un peu un trait tiré, une page tourné, un feu éteint… Il soupira et s’assit sur un banc au fond installé par des enfants pour jouer. La pluie continuait de tomber et les grondements étaient toujours puissants, les éclairs omniprésents dans le ciel. Il s’accouda à ses genoux et entreprit de réfléchir à ce qu’il ferait. Il devait passer chez le boucher pour une livraison service, ensuite chez le médecin, Kilian avait mal à la tête, et ses joues rouges montraient un début de fièvre, pourtant il était bien sous la pluie, le rafraîchissant. Même si, il tomberait sûrement malade dû à un coup de froid. Il ferma les yeux et resta silencieux, plongé dans ses pensées, le bruit de la pluie et de l’orage étaient réguliers, mais des bruits de flaques ou plutôt de pas dans les flaques l’interpellèrent, elle était de retour… Il ouvrit lentement les yeux :

« C’était pas clair ce que j’ai dit ?! »

A peine eut-il finit sa phrase qui sentit sa tête tourna violemment. L’adolescent posa sa main sur une poubelle fermée pour se redresser, mais manque de chance, ses jambes fléchirent à ce moment, et sous son poids et sa maladresse, la poubelle tomba avec lui. Il s’écrasa au sol comme une grosse merde et poussa un gémissement de douleur, puis d’énervement. La honte totale devant elle.



[Wala miss >8D]

_________________


{ Couleur d'édition - Journal }
Revenir en haut Aller en bas
http://kionolstars.superforum.fr
Maître des Jeux
Je peux être n'importe qui. En passant de ton plus grand fantasme à ton pire cauchemar...
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 27/08/2009
Localisation : N'importe où

Feuille personnage
Famille : Humain
Situation sentimentale :
Pouvoirs / Facultés :

MessageSujet: Re: Tu te fous de moi là ...? [LIBRE]   Sam 17 Juil - 1:31

Intervention du Maître des jeux suprême.

Un putois qui passait par là joyeusement arriva, aspergea Kilian qui était à terre puis s'en fut comme il était venu, disparaissant de la vue des deux jeunes gens.

[ je te l'avais dit (a) ]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tu te fous de moi là ...? [LIBRE]   

Revenir en haut Aller en bas

Tu te fous de moi là ...? [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kion Olstars :: ♈ Olstars - Autres villes ♈ :: Hell J. Vining ♊ :: Rues & Alentours des bâtiments -