AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

l'arrivée de Meï Lyum (désolée pas très long ...)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Meï Lyum
PP Makers ou esclave ♥ - Enjoy ;]
avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 21/06/2009
Age : 24

Feuille personnage
Famille : Elfe
Situation sentimentale : Célibataire
Pouvoirs / Facultés : invocation d'éléments naturels

MessageSujet: l'arrivée de Meï Lyum (désolée pas très long ...)   Ven 26 Juin - 19:12

Elle fit de grands signes d'adieu à ses amis et leur bateau jusqu’à ce qu’ils aient disparu à l’horizon. En marchant à grands pas sur un chemin bordé d'arbres exceptionnellements grands, elle commença à réfléchir à sa vie passée. Elle pensa soudain avoir grandi trop vite. Dès qu'elle avait eu dix ans, elle avait dû se séparer de sa famille, et elle n'avait pu revoir sa mère avant sa mort. Elle ressassa beaucoup de souvenirs avant d'être ramenée à la réalité par un bruit louche qui paraissait venir d'au-dessus de sa tête. Elle se concentra et murmura « tacovin pesiot ». Aussitôt un petit oiseau aux plumes bleues nuit aux reflets verts surgit de nulle part et s’envola et alla se poser à la cime de l’un des immenses arbres. Meï se concentra profondément afin de sentir l’esprit du petit oiseau et de voir par ses yeux. Elle distingua de grands sommets verts si touffus et serrés qu’on ne distinguait presque pas le sentier qui sinuait vingt mètres au-dessous. Le ciel était magnifique, d’un bleu si intense qu’on croyait pouvoir s’y enfoncer, le soleil chauffait l’air et une légère brise souffla agréablement sur « ses » plumes. Le petit oiseau, par l’intermédiaire de Meï, décida de profiter d’un courant ascendant pour voir tout cela de plus haut. Elle distingua à quelques kilomètres de là une ville qui paraissait animée et originale. Meï se dégagea de l’esprit du petit oiseau et le congédia pour ne pas gaspiller son énergie. Une idée lui traversa la tête et elle y vit une occasion de tester son agilité. Elle s’agrippa au lierre de l’un des plus hauts arbres et commença à se hisser le long du tronc en modulant bien sa respiration. Arrivée à la moitié, elle s’autorisa une courte pause et observa le sentier vingt mètres plus bas. Elle redirigea son regard vers le sommet de l’arbre et reprit son ascension. Enfin arrivée au sommet, essoufflée, elle s’assit sur les frondaisons touffues, et, en levant les yeux, sourit au soleil d’un sourire si franc et si heureux que si le ciel avait été un garçon, il se serait sûrement agenouillé devant elle pour l’épouser dans la minute qui suit (j’avais envie XD). Elle appliqua une méthode qu’elle avait apprise pour ralentir sa respiration et, au bout de dix minutes environ, elle se sentit à peu près reposée. Aussitôt elle se leva, concentrée, et recula d’un pas pour prendre son élan. Légère, elle courut sur les branches de l’arbre qu’elle pouvait repérer et s’élança dans l’air. Dans ce saut, elle sentit… Des années de bleus et d’acharnement, elle sentit la liberté, et tout au fond de son cœur une joie sans fin, une extase qui ne dura pourtant qu’une seconde. Elle atterrit souplement sur la plus grosse branche de l’arbre suivant et, fière, enchaîna sur un autre arbre aux feuilles plus foncées, bondissant de plus en plus haut et loin. Elle avait déjà parcourut plus de sept feuillages quand l’étrange bruit se répéta, juste au-dessous de ses pieds cette fois. Ecarquillant les yeux de terreur, elle se sentit perdre lentement l’équilibre… Sa chute lui parut durer une éternité, et comme par reflex elle murmura « tacovin senaliumo » avant de retomber dans une torpeur indescriptible. Certains diront :"j’ai vu ma vie défiler devant mes yeux" d’autres :"j’ai sentit toute vie s’échapper de mon corps"… Elle, elle dit :
"Merde. "
Dans un sursaut, elle bondit avant même d’ouvrir les yeux et se retrouva par terre à côté une sorte de matelas tressé par des lianes, et la mémoire lui revint. Elle avait invoqué des lianes molles qui avaient amorti sa chute, mais sans lui en épargner tous les chocs pour autant. Elle ressentait une douleur qui augmentait de seconde en seconde à la côte, et vit du sang couler de son épaule le long de son aisselle. Aïe. Je suis tombée sur le côté, pensa-t-elle. Vide, elle se traîna jusqu’à la ville et s’affala au milieu d’une rue. Elle eut le temps de distinguer, avant de s'effondrer sur les pavés, l'image floue d'une enseigne : Auberge d'Arcansa.

(j'ai un problème, sur mon mac j'ai pas réussit à mettre italique ou couleur, alors c'est galère)Like a Star @ heaven


Dernière édition par Meï Lyum le Mar 30 Juin - 15:21, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nathan Heartnet
Admin - Colgate & Positive attitude & I ♥ U.
avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 21/04/2009
Age : 25
Localisation : Là où son coeur le portera...

Feuille personnage
Famille : Hybride
Situation sentimentale : Célibataire
Pouvoirs / Facultés : Feu + Lames X2 + Pistolet

MessageSujet: Re: l'arrivée de Meï Lyum (désolée pas très long ...)   Ven 26 Juin - 19:22

[ AH PUTAIN CLARA J'ADORE TON POST. T'EMPLOIES UN VOCABULAIRE QUE J'ADORE. O__O *pardon de mon étonnement* Seulement une chose: Il faudrait que tu arrives jusqu'à l'auberge d'Arcansa, ou... NAN J'AI UNE IDEE. Me permets-tu de te répondre, même si je mets du temps? >_< Comme on est en vacances je mettrais moins de temps =) . Post édité x)]
[C'est court, pardon x) ]

Cela faisait déjà plusieurs jours que Nathan était arrivé à l'auberge d'Arcansa. Il avait eu la chance de rencontrer Hinu, le jour même de son arrivée. Il avait entre aperçu d'autres personnes, comme Nyllir et son grand-frère Killian auquel il n'avait jamais adressé la parole, parce que de toute manière il était inaccessible, et il avait l'air très froid. Mais le jeune homme s'était bien décidé à lui parler un jour, et à lui tirer ne serais-ce qu'un sourire, même le plus petit au monde. Le gérant l'avait défier et lui était révolu à le faire, il prenait même ce défi à cœur joie, vu que cela l'amusait au plus haut point. Il avait aussi croisé une jeune fille dont il ignorait tout, ou presque. Il savait qu'elle était dans sa chambre et qu'elle s'appelait Mizu, car Hinu le lui avait dit. Mais il ne lui avait jamais parlé non plus, il l'avait juste vue des fois quand elle dormait et qu'il rentrait tard dans la chambre, à cause de la longue journée de travail qu'il avait enduré. Il prenait souvent une douche rapide avant de se coucher, et faisait de son mieux pour ne pas faire trop de bruit pour ne pas déranger les mesdemoiselles qui dormaient à poings fermés. Il avait observé en détails la jeune elfe une fois, car la jeune hybride, il ne la connaissait que trop bien. Depuis qu'il s'était rencontré le jour de son arrivée, ils parlaient souvent ensemble, et il avait eu tout le temps de la regarder de haut en bas, de droite à gauche, de l'observer de partout, de marquer le moindre détail dans sa tête. Mizu, la jeune elfe était jolie, et encore plus mignonne quand elle dormait sur le côté et que sa joue venait s'écraser légèrement contre son coussin. Elle avait l'air paisible. Il ignorait si elle était comme ça tout le temps, même le jour, mais il se disait bien qu'elle devait être très jolie et agréable. Il avait hâte de la rencontrer. Il s'était dit que dès que l'occasion se présenterait, c'est à dire quand le gérant lui donnerait ENFIN une journée de congé, il en profiterait pour faire sa connaissance. Il ne savait pas encore ce qu'il lui dirait ou ce qu'elle répondrait, mais il le saurait bien assez vite. De ça, il en était sûr.

Depuis qu'il travaillait à l'auberge, le gérant ne lui avait encore jamais donné de journée pour lui. Il n'avait fait que travailler, de tôt le matin jusqu'à tard le soir. La fatigue de Nathan commençait à se faire sentir, et il n'hésiterai pas à dire à Elwe que c'était un véritable exploiteur. D'ailleurs, il lui dirait dès ce soir. Il s'était convint de le faire, et n'éprouvait aucun sursaut de conscience. Il savait qu'il allait le faire dès qu'il rentrerait.

Ce matin là, le jeune hybride devait ramener un colis de la part d'un client de l'auberge à quelqu'un qui habitait dans la ville. Mais pas à n'importe qu'elle endroit, à l'autre bout de la ville. Le plus loin possible de l'auberge, bien sûr, sinon cela aurait était trop facile et le gérant ne lui aurait pas demandé à lui. Lui qui était nouveau, et en plus ''en pleine forme'', tu parles. Il pensait bien que Killian devait sûrement endurer le même genre de tâches depuis bien plus longtemps que lui, mais rien que de penser à ce qu'il ferait après, cela l'épuisait déjà. Le jeune homme partit tôt de l'auberge car on lui avait demandé. Il n'avait même pas eu le temps de prendre le petit déjeuner, et il maudissait du plus profond de son être Elwe qu'il imaginait très bien finir en pâté pour chat dès le soir venu. Il souffla un peu puis se reprit en arrivant enfin dans la ville. Il retrouva le sourire quand il vit enfin les murs de pierre se dressaient devant lui. Il marcha pas mal de temps dans les rues, passant de rues commerçantes aux rues sombres, passant de regarder avec envie à travers les vitrines à effleurer les murs de ses longs doigts. Il toussoter de temps à autre, avalant quelques cachets pour calmer sa douleur et éviter que le sang sorte, mais c'était inévitable. Il ne faisait que retarder de quelques toussotements car il cracha quand même du sang avant de rentrer dans la maison où il devait livrer. Il s'arrêta sur le seuil de la porte, de la sueur perlant de son front. Il l'essuya de sa main gauche tandis que l'autre accompagnait sa bouche dans ses perpétuelles toux. Encore allait-il bien car la toux n'était pas très forte et il se calma rapidement. Quand il le fut, il attendit quelques secondes, le temps de vérifier qu'il ne s'était pas trompé d'adresse, et il sonna. La réponse ne fut pas bien longue à attendre, le jeune rouquin entendit bien vite quelqu'un dévalant un escalier, et vit la porte s'ouvrir dans un tintement de clochette. Une jeune femme, humaine selon ses oreilles, venait de lui ouvrir le sourire aux lèvres, lui adressant un petit « oui? » aigu. Il lui sourit en retour et lui expliqua la raison de sa venue tout en lui tendant délicatement le paquet qu'il avait pris soin de mettre sous son bras durant le voyage. L'humaine lui proposa de venir prendre un verre à l'intérieur mais il refusa aussitôt, de peur que sa toux reprenne. Plus forte encore que la précédente.

Puis il s'en fut de retour vers l'auberge, marchant d'un bon pas. Il calqua sa respiration sur ses pas, pour respirer régulièrement, et prenait à chaque inspiration le plus d'air possible. Il ne passa pas par les mêmes rues que celles qu'il avait prises à l'aller pour ne pas aspirer dans ses poumons la poussière qui était présente dans les rues sombres; et de plus il n'avait nullement l'envie de repasser dans ces rues qui étaient vides, sombres, sans aucun intérêt, et qui lui rappelait trop de mauvais souvenirs. Trop de choses passées dans de petites ruelles sombres, trop de blessures infligées. S'il avait marché dans ses rues avant ce n'était pas par bonté de cœur, mais seulement pour aller plus vite rendre le colis qu'il devait livrer. A présent il avait tout son temps, ou presque. Il fallait qu'il rentre et que le gérant lui confie une autre mission, un autre travail, toujours plus éreintant que le premier. Le premier était toujours le plus facile, c'était comme pour « le réveiller en douceur » mais tout de même avec force. Comme en camping et qu'on vous réveille avec une trompette dans laquelle on souffle comme un malade et qu'après on vous dit : c'est pour votre bien, c'est bien de se réveiller tôt! On aurait put vous éclabousser la figure avec de l'eau, vous savez? … Exactement ça, ces gens là étaient bien de vils sadiques. Le gérant faisait partie de cette catégorie à son grand regret.

Nathan marchait à son rythme dans plusieurs endroits animés, jusqu'à qu'il arrive à une place... qu'il reconnut bien vite. C'était la place où il s'était endormi le jour où il était arrivé à l'auberge, avec la jolie fontaine au milieu d'où s'écoulait une eau paisible. Pas comme celle qu'il avait vu des jours plus tôt, car « l'ancienne » eau avait été troublé par l'orage, et cette pluie qu'il avait tant attendue. Il regarda d'ailleurs le ciel, et regretta aussitôt qu'il ne soit pas couvert par d'épais nuages noirs qui prévenaient trop bien de la pluie torrentielle à venir. Mais non, le ciel était complètement dégagé, est trop bleu pour qu'il puisse pleuvoir aujourd'hui. En même temps il pouvait être content, l'atmosphère n'était pas lourd car le vent faisait son effet, et le ciel même étant découvert, était d'un bleu si limpide et si beau que cela l'apaisait de le voir. Même si la pluie aurait sûrement fait mieux, il savait s'en contenter. C'était vraiment ironique, il aimait la pluie et l'eau par dessus tout, pourtant il avait le pouvoir de contrôler un minimum le feu...

Il continuait toujours de marcher, puis il s'arrêta deux secondes, et retourna sur ses pas jusqu'à une petite boutique, ou plutôt une petite boulangerie dont les vitrines étaient parsemées de couleurs vive ça et là, et mettaient parfaitement en valeur les pâtisseries qui avaient toutes l'air plus succulentes les une des autres. Le jeune rouquin les avait vu et n'avait finalement pas pu y résister: son ventre tiraillé par la faim lui faisait bien comprendre qu'il était affamé. Il rentra donc dans la petite boulangerie -qui se trouva être bien plus grande vue de l'intérieur- et de milliers d'odeurs lui parvinrent, tellement alléchantes qu'il ne pouvait pas s'empêcher de regarder partout pour chercher d'où venait chacune de ses odeurs. Il découvrit en suivant une odeur fruitée de nombreux gâteaux recouverts de fruits rouges, de poires, de pommes, de fruits secs aussi, comme il les aimait. Il suivit aussi l'odeur de chocolat qui se répandait plus encore que toutes les autres odeurs, et trouva avec joie une vingtaine de gâteaux au cacao, au café, au chocolat fondu, au chocolat au lait, au chocolat noir, et toutes les sortes qu'on pouvait arriver à faire avec au départ du cacao. Il regarda aussi avec envies les multiples gâteaux à la crème, sans en perdre une goutte. Il observa les nombreux biscuits sablés, au lait, et à bien d'autres goûts se pressait dans un seul et même étalage. Il arriva enfin à la caisse, et jeta quelques regards aux petits et grands pains qui se trouvaient en hauteur derrière la femme qui s'occupait de la caisse. Il vit aussi dans l'étal, de jolis sandwichs qui avaient l'air aussi très bons. Il sortit de sa poche un porte feuille en cuir, l'ouvrit et compta son argent. En vérité ce n'était pas vraiment nécessaire car il faisait très attention à son argent et à combien il mettait dans sa cagnotte « pour se faire plaisir » et combien il mettait dans l'autre cagnotte qui était bien plus importante: « maladie » . Il recomptait en fait seulement pour s'assurer qu'il n'avait rien perdu. Le compte était bon, mais il ne comptait bien évidemment pas tout utiliser, et de toute façon même s'il avait réussi à économiser pas mal d'argent, il n'y avait pas de quoi faire des folies. Il commanda ce que son ventre lui dictait de demander poliment. Il remercia la caissière et ressortit de la boutique un chausson au chocolat fondu et une brioche au sucre dans une main, et un sandwich au beurre-jambon dans l'autre. Il croqua à pleines dents dans le pain tandis qu'il marchait en direction de l'auberge, et dévora son sandwich en l'espace d'une demi-heure, sans en laisser une miette. Il pouvait voir l'enseigne de l'auberge à seulement quelques mètres, il allait enfin pouvoir se reposer, quoique cela n'allait pas durer plus de cinq minutes. Il allait s'apprêter à mettre à la bouche son chausson quand il entendit un bruit sourd suivit de cris de stupeurs venant de devant lui.

Il vit des passants s'arrêter, une femme qui hurlait parce qu'elle avait peur, et une jeune fille rousse qui était affalée par terre, apparemment inerte. Il s'intéressa de plus près à elle et tandis qu'il s'approchait, il mit le chausson et la brioche dans un petit sachet que la boulangère lui avait donné, et rangea celui-ci dans sa sacoche marron. Quand il arriva près d'elle, il s'accroupit et contrôla son pouls pour voir si elle était encore vivante: en effet, elle avait juste perdue connaissance. Il la regarda en détails pour essayer de découvrir la cause de son évanouissement, ce qui ne fut pas long à trouver. De l'épaule de la jeune elfe -comme il put constater par ses oreilles- coulait à flots du sang bien rouge. Il remarqua que l'entaille était bien profond, et il ignorait totalement comment elle avait pu se faire ça. Il se demanda même un moment si elle ne venait pas d'Hell J.Vining, mais après réflexion, chassa cette idée de ses pensées: ceux qui venaient de cette ville étaient beaucoup plus résistants et ne s'effondrer pas pour « si peu ». Il tira la jeune fille par le bras et la hissa sur ses épaules, tandis qu'il interrogeait la femme qui criait un peu plus tôt, femme qui s'était finalement calmée en le voyant arriver, mais elle ne savait rien, cela ne l'avançait pas à beaucoup. Il se mit derrière un buisson de l'auberge, car cet épisode risquait de faire fuir les clients, comme aurait si bien dit le gérant. Il réfléchit à la situation, d'un côté si elle restait là elle risquait d'y passer, même si on lui administrait des médicaments, elle perdait trop de sang. L'hôpital était trop loin et elle risquait de claquer à tout moment. Nathan la regarda avec appréhension, il n'y avait qu'un moyen simple, rapide et efficace, mais pas sans douleur.

Le jeune hybride pointa sa main vers la jeune fille, du feu sortit de ses doigts, et il murmura quelques mots.

- '' Excuse moi, ça ne risque pas d'être agréable. ''

Nathan passa sa main sur l'entaille présente sur l'épaule de la jeune fille, l'effleura. Un cri vient troubler le silence.

_________________

[ Couleur d'Edition ]


Dernière édition par Nathan Heartnet le Mer 1 Juil - 13:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Meï Lyum
PP Makers ou esclave ♥ - Enjoy ;]
avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 21/06/2009
Age : 24

Feuille personnage
Famille : Elfe
Situation sentimentale : Célibataire
Pouvoirs / Facultés : invocation d'éléments naturels

MessageSujet: Re: l'arrivée de Meï Lyum (désolée pas très long ...)   Jeu 2 Juil - 17:51

[ça me soule j'arrive pas à faire plus long dsl val peut-être je l'éditerai.. mais réponds vite ! et aussi DIS PAS QUE TON POST EST COURT C PAS JUSTE !!! voila XD]


Meï ne sentait plus ses membres, mais elle entendait très bien sa respiration calme, comme si elle dormait. Elle ne voyait rien et des nuages noirs défilaient dans sa tête

« Non ! »

elle ne pouvait pas dormir :elle était affolée, elle le savait. Pourtant rien à faire, son corps ne voulait plus bouger. Dans son délire, elle entendit quelques bruits étouffés autour d’elle, puis plus rien.

Elle se réveilla en entendant un cri… Son cri ! Elle sentait une insistante douleur à l’épaule, une brûlure plus exactement. Elle ne se souvenait pourtant pas de s’être brûlé, mais ses pensées étaient tellement embrumées, et elle avait tellement mal…Elle essaya d’ouvrir les yeux, et, non sans peine, commença à distinguer une forme floue se détacher devant elle. Sa vision se précisa lentement et elle le vit.
Un jeune garçon roux avec du feu sur les doigts, mais… ILS ÉTAIENT POSÉS SUR SON ÉPAULE !!!!!! Elle accentua son cri avant d’essayer de se poser. Elle sentait que sa respiration était saccadée et ses yeux écarquillés et, quand la douleur se fut un peu atténuée, elle bredouilla :

"Qui…Es-tu ?" avec un air reconnaissant et méfiant à la fois.
Revenir en haut Aller en bas
Nathan Heartnet
Admin - Colgate & Positive attitude & I ♥ U.
avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 21/04/2009
Age : 25
Localisation : Là où son coeur le portera...

Feuille personnage
Famille : Hybride
Situation sentimentale : Célibataire
Pouvoirs / Facultés : Feu + Lames X2 + Pistolet

MessageSujet: Re: l'arrivée de Meï Lyum (désolée pas très long ...)   Dim 2 Aoû - 15:58

[ Désolée pour le léger retard =) ]

Il ne sursauta à aucun moment. Il ne sursauta pas quand il l'entendit crier, où qu'il la vit lentement ouvrir les yeux. Il ne se troubla pas quand elle accentua son cri, et il n'enleva délicatement ses doigts que quand la plaie sur l'épaule de la jeune fille fut refermée, formant une jolie cicatrice qui promettait de rester un certain temps là. Si ce n'était pas jusqu'à la fin. Jusqu'à ce que le joli cadavre de la jeune fille se désagrège naturellement, et qu'il ne reste d'elle que ses os, les vers et autres insectes s'étant lentement alimenté de sa chair. Nathan ferma les yeux et les rouvrit dans un souffle pour chasser cette simple idée de sa tête. Toutes les épreuves qu'il avait traversé durant son enfance l'avait fait murir mais lui avait aussi fait développer un côté plus objectif de la vie, et il lui passait souvent à l'esprit d'étranges pensées. Des pensées morbides, tellement des fois qu'il se surprenait lui même. En soufflant le jeune homme s'insulta lui même, il n'avait pas à penser ça de quelqu'un d'autre, c'était comme si il lui infligeait déjà la mort alors que la personne était bel et bien vivante. Le feu qui avait flambé comme un chalumeau au bout de ses doigts disparut quand il se l'ordonna mentalement, et toute trace de son passage s'était effacé, comme s'il n'avait jamais existé. La jeune fille aux cheveux roux cessa de crier quelques minutes seulement après, ce qui affirmait que la douleur des flammes restaient bien présentes dans son épaule. Il passa sa main au dessus de la bouche de la jeune rousse et remarqua que malgré le fait qu'elle respirait par à coup, elle le faisait fort, ce qui le rassura. Puis il profita qu'elle reprenne ses esprits pour la détailler dans les moindres recoins. Elle avait des cheveux roux, presque rouge, elle possédait aussi de deux yeux bleus qui pour l'instant été marqués d'incompréhension et de fatigue. Elle n'était pas très grande pour l'âge qu'elle donnait, mais elle était plutôt musclée de ce qu'il pouvait voir. Elle était plutôt jolie, même avec la nette fatigue qu'il percevait sur son visage et pensait bien que son sourire devait être sympathique. Il regarda par dessus le buisson où il s'était camouflé pour voir si les gens s'étaient calmés et s'il pourrait rentré inaperçu dans l'auberge. Il fut soulagé en voyant que la foule s'était dispersée et que tout le monde vaquait à ses occupations. Il réfléchissait au moyen de rentrer avec la fille pour ne pas qu'elle se fasse mal et aussi pour qu'on ne la remarque pas. Il pensait aussi au moyen de ne pas se faire voir par le gérant parce que si elle n'était pas une cliente il risquerait de la virer très vite. D'ailleurs il se demandait si elle voulait travailler ici ou si ce n'était qu'une simple cliente ou... Rien du tout. Après tout c'était tout à fait possible, elle s'était blessée, et avait dut se traîner jusqu'à l'auberge inconsciemment provoquant un vent de panique parmi les habitants et clients qui se trouvaient là. Dans tous les cas il devrait quand même lui... La voix de la jeune fille retentit, interrompant son flux de pensées.

- "Qui…Es-tu ?"

Nathan ne lui répondit pas tout de suite, l'observant en détail d'un air surpris. Il avait presque oublié qu'elle était éveillée et ne lui avait plus porté d'attention. Il remarqua dans le regard de la jeune fille qu'elle était à moitié reconnaissante mais qu'en même temps elle était soucieuse, presque méfiante. Il voulut la calmer, et lui adressa un grand sourire dont il avait le secret.

- '' Eh, t'inquiètes pas je vais pas te violer! ''

Il prononça ces mots le sourire aux lèvres et avec le plus de simplicité possible. Pour lui, cette phrase était toute naturelle, et légèrement nécessaire. Alors qu'elle était simplement méfiante sur son compte, lui, lui sortait une phrase tellement franche et exagéré qu'elle aurait pu effrayer encore plus la jeune file. Et lui ne s'en rendait même pas compte.

- '' Moi? Tu veux vraiment savoir? Pourtant je pourrais te renvoyer la question, non? Je t'ai trouvé à moitié morte en plein milieu de la place. ''

Ses phrases résonnaient d'une vérité flagrante et d'aucune gêne. En plus de cela, n'importe qui aurait eu l'impression qu'il se parlait presque à lui même. C'était un monologue étrange qui pourtant s'adresser à la personne en face. En fait, c'est qu'il n'attendait pas de réponse et il continuait à parler toujours et encore. Et puis il élargit son sourire et déclara joyeusement, les yeux pétillants d'excitation.

- '' Je m'appelle Nathan Heartnet. Je suis beau gosse, intelligent, fort, modeste... ''

Il commença à rire aux éclats puis quand il se fut calmé il reprit la parole.

- '' Non je plaisante, je travaille à l'auberge d'à côté, là. Tu vois? Et toi, qui es-tu?

Puis, toujours sans attendre de réponse il se pencha au dessus de la jeune fille et passa ses mains sous ses jambes et dans son dos. Il se leva avec elle dans les bras sans vraiment se rendre compte qu'il la portait comme on porte une princesse et il franchit le buisson, non sans mal car il était épineux et que ne le voyant pas il n'avait pas hésité à marcher dedans. Il avait dut bouger les jambes dans tous les sens pour que les ronces abandonnent le tissu de son pantalon. Mais comme il prêtait aussi attention à la personne qu'il tenait dans les bras et qu'il voulait se sortir le plus rapidement possible du pétrin dans lequel il s'était fourré, il donna un grand coup de jambe vers l'avant et trop heureux d'être enfin sorti de la pauvre plante qui n'avait jamais demandé à se faire piétiner, il n'entendit pas le « scratch » qui avait accompagné sa sortie. Il ne remarqua alors pas qu'il trainait avec lui sur une de ses jambes une branche épineuse et que sur son autre jambe, il manquait un bout de tissu à son pantalon. Bout qui était resté bien en vu sur ce qu'il restait de la pauvre victime le buisson. La branche ne le lâcha que quand il s'essuya les pieds sur le paillasson, et il rentra alors calmement dans l'auberge, attrapa la poignée tant bien que mal, appuyant le dos de la jeune fille sur son bras et poussant la porte de son pied. Il avança lentement et sûrement sans prêter attention à celle qu'il portait, mais au gérant qui devrait être dans les environs. Il l'aperçut dans la salle à manger en train de discuter avec une cliente plutôt bien roulé. Il en déduit qu'il avait une chance de s'en sortir indemne et de ramener la jeune fille sans dommages jusqu'à sa chambre pour lui apporter plus de soins... Pour un temps indéfini, cependant. Il chassa cette idée plutôt pessimiste de sa tête et tout en prenant une grand inspiration il s'apprêta à se lancer dans les escaliers en courant. Ce qu'il fit dans les secondes qui suivirent, mettant toutes ses qualités sportives en avant pour réaliser un saut fulgurant qui lui permit de voler au dessus de quelques mètres et par dessus la porte qui menait vers le gérant. Il atterrit avec grâce juste devant les premières marches. Il se retourna vivement pour voir si rien ni personne n'avait trahi son passage, et que personne ne l'ait vu, surtout pas Elwe. Il n'eut pas le courage de guetter à la porte si quelqu'un avec réagi puis il s'élança devant lui jusqu'à arriver au premier palier. Il chercha des yeux sa chambre, et quand il trouva enfin le chiffre trois il courut jusqu'à lui, ouvrit la porte en trombes et la referma finalement en douceur pour atténuer le bruit. Il regarda la pièce dans tous les recoins, n'espérant pas voir -pour une fois- une de ses camarades de chambre, car cela était déjà assez bizarre qu'il rentre comme un fou dans la pièce, alors en plus avec une fille dans les bras... Il n'osait pas imaginer ce qu'elles pourraient penser. C'est pour cela qu'il soupira de soulagement quand il vit qu'il n'y avait bel et bien personne. Il posa la jeune fille sur son lit en prenant soin de bien mettre sa tête sur le doux coussin sur lequel il dormait, et de ne pas trop la ménager. Il s'assit lui même sur son lit, à côté d'elle.

Il la regarda d'un œil observateur pour s'assurer que tout fonctionnait bien. Puis, il se mit à sourire d'un sourire sincère, chaleureux et bienveillant. Son œil encore valide pétillait de vie et puis, comme pour casser le silence qui s'était installé il appuya maladroitement sur l'épaule de la jeune fille, là où un peu plus tôt il avait aussi posé ses doigts. En apercevant la grimace de douleur et le gémissement de la jeune elfe il retira soudainement sa main, et il rit de bon cœur.

- '' Désolée si je t'ai fait mal en te brûlant l'épaule tout à l'heure, mais sans ça tu risquais de claquer dans la minute qui suivait. ''

Et il disait cela en riant, et de plus en plus fort. Et il ne s'apercevait pas que ses phrases étaient d'une telle franchise qu'il aurait pu choquer n'importe quelle personne normalement constituée. Il attrapa un rouleau blanc sur sa table de nuit et passa le bandage autour de l'épaule de la jeune fille, le fixant avec du sparadrap. Il lui fit un grand sourire qui voulait dire : et voilà. Et il ne porta plus une grande attention qu'à sa sacoche qui était légèrement écrasé sur sa jambe. Il l'ouvrit alors avec joie et en sortit le sachet qu'il avait rangé un peu plus tôt dans la journée, l'ouvrant aussi il découvrit avec stupeur le contenu. Il devint vert, puis jaune puis bleu, puis passa par toutes les couleurs qu'il pouvait, et afficha finalement une mine triste et affligée. Il sortit du sachet son chausson au nutella, le posa à côté de lui, puis regarda avec tristesse ce qui restait dans le sac. Au bout de quelques minutes où il avait l'air de compatir pour la chose qui se trouvait à l'intérieur, il en sortit sa brioche au sucre, qui avait l'air bien plus longue que quelques minutes plus tôt... Et surtout plus plate. Elle était belle et bien écrasée et c'était un pur miracle que son chausson au nutella ne le fut pas. Il regarda la jeune fille qui lui faisait face encore une fois.

- '' Tu as du l'écraser quand je t'ai porté. ''

Il ne l'affligeait pas et ne lui faisait aucun reproche, loin de là. Et puis il commença à rire, comme pour lui dire: dommage, c'était une belle brioche. Et puis quand il cessa enfin son doux rire enchanteur, il reprit de ses mains le chausson qu'il avait laissé près de lui. Il le sépara en deux parties égales et rit à la vue de la pâte de noisette qui faisait un lien entre les deux, qui se coupa d'ailleurs peu après. Il tendit un morceau à la jeune fille tout en lui faisant un grand sourire amical, et quand elle l'eut enfin pris, il mit sa partie à la bouche. Il ferma les yeux de plaisir et de satisfaction de sentir son ventre enfin rassasié, puis quand il les rouvrit, une nouvelle lueur brillait dans son œil gauche. Toujours plus joyeuse. Toujours plus vivante. Il la regarda encore une fois, d'un œil plus appréciateur et plus raffermit. Il remarqua qu'elle avait l'air de s'être un peu établi, du moins suffisamment pour marcher, bien qu'il ne fut pas persuadé qu'elle n'aurait pas était en état de venir jusqu'ici avant d'avoir mangé. Il élargit alors son sourire, et lui posa quelques questions.

- '' Qui es-tu finalement? Tu as quel âge? Tu veux travailler ici ou es-tu simplement cliente, ou peut-être quelque chose d'autre? ''

Son sourire était toujours aussi franc.

_________________

[ Couleur d'Edition ]
Revenir en haut Aller en bas
Meï Lyum
PP Makers ou esclave ♥ - Enjoy ;]
avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 21/06/2009
Age : 24

Feuille personnage
Famille : Elfe
Situation sentimentale : Célibataire
Pouvoirs / Facultés : invocation d'éléments naturels

MessageSujet: Re: l'arrivée de Meï Lyum (désolée pas très long ...)   Dim 2 Aoû - 18:24

Le garçon ne répondit pas tout de suite à sa question, et Meï commençait à se demander si il l’écoutait quand il dit d’un ton tout à fait naturel avec un grand sourire :

- “Eh, t’inquiète pas, je vais pas te violer ! ”

Elle commença à se faire du souci. Il fallait vraiment être très spécial pour sortir aussi franchement une phrase si…Euh…Illogique ?
Il continua pourtant à parler :

- “Moi ? tu veux vraiment savoir ? Pourtant je pourrais te renvoyer la question, non ? Je t’ai trouvée à moitié morte en plein milieu de la place.

Alors là elle était complètement perdue. Elle lui avait seulement demandé son nom et il se lance dans un grand discours sur le fait qu’elle voulait vraiment le savoir ? Il avait un peu l’air bizarre, ce rouquin, en plus il avait toujours son grand sourire et son œil pétillant de rire, mais elle ne dit rien. Il lui avait sûrement sauvé la vie.

- '' Je m'appelle Nathan Heartnet. Je suis beau gosse, intelligent, fort, modeste... ''

Elle ouvrit de grands yeux pendant qu’il riait aux éclats, si naturel ! C’était vraiment dérangeant, voire choquant. On ne savait jamais tout de suite s’il plaisantait ou pas. Quand son fou rire se calma un peu, il dit :

- '' Non je plaisante, je travaille à l'auberge d'à côté, là. Tu vois? Et toi, qui es-tu?

Ouf. Enfin une phrase normale. Meï voulut ouvrir la bouche pour répondre, mais se ravisa. Il l’avait quand même fait poiroter un bout de temps, lui. Mais il n’attendit même pas la réponse. Nathan la souleva à la façon d’une princesse, ce qui la mit très mal à l’aise. Elle crut se sentir rougir légèrement. Comme il se levait, il marcha dans le buisson épineux qui se trouvait devant lui et elle entendit un déchirement. Un pan du pantalon de son sauveur [-.-”] s’était déchiré, mais ce n’est pas ce qui la préoccupa le plus. Elle se promit intérieurement que dès qu’elle le pourrait elle aiderait la pauvre plante à se remettre.
Il entra dans le bâtiment qu’elle avait vu avant de s’évanouir, et sans qu’elle comprenne trop pourquoi, il ralentit l’allure et sembla aux aguets. Ils passèrent devant une porte, que le garçon évita en bondissant jusqu’en bas des marches d’un escalier. Elle pensa : tout à l’heure il rigolait en se disant parfait, mais il doit être assez fort quand même. Pendant qu’il gravissait l’escalier, elle revit sa première impression sur lui. Il était peut-être un peu bizarre et ne se rendait pas compte de se qu’il disait, peut-être trop direct et franc mais tout ceci pouvait facilement se transformer en qualités en fin de compte. Elle se dit qu’elle apprendrait peut-être à le connaître mieux. Elle interrompit sa réflexion quand il ouvrit presque violement la porte de ce qui semblait être une chambre. Il avait l’air un peu soucieux en entrant, mais poussa un soupir de soulagement dès qu’il eut jeté un œil circulaire à la pièce.
Il la déposa sur un lit sans trop de délicatesse, et elle sentit sa tête se caler sur un coussin bien moelleux. Elle sentit aussi le poids du jeune homme s’asseoir à côté d’elle. Elle le chercha des yeux et eu le temps de voir un sourire fendre son visage, et sa main s’avancer jusqu’à sa propre épaule pour appuyer sur la belle cicatrice qui traçait un sillon dans sa chair. Elle grimaça et poussa un petit gémissement de douleur en lui jetant un regard noir. Il ne parut pas le remarquer et retira sa main en riant d’un rire ensoleillé. Elle résista à l’envie qui lui venait en l’entendant de rire aussi, prenant garde de ne pas laisser son visage la trahir.
Il dit gentiment :

- '' Désolée si je t'ai fait mal en te brûlant l'épaule tout à l'heure, mais sans ça tu risquais de claquer dans la minute qui suivait. ''

Vraiment bizarre, mais cette fois-ci elle n’y prêta pas vraiment attention, trop occupée à analyser son rire qui s’amplifiait. Elle commençait à le trouver… Sympathique. Il banda son épaule et lui sourit.
Il se concentra ensuite sur la sacoche qu’il portait au côté, et en sortit un petit sachet. Meï eut la vague impression qu’il changeait de couleur en voyant son contenu, mais elle pensa qu’elle se faisait encore des idées. Il en extirpa une brioche au sucre toute écrabouillée, et lança en la regardant ( Meï, pas la brioche ) :

- '' Tu as dû l'écraser quand je t'ai porté. ''


Elle ne fut presque pas surprise de l’entendre sortir une phrase aussi insolite. Il rit brièvement, puis reprit le chausson qu’il avait posé en observant sa brioche. Il le sépara en deux parties et s’amusa de voir le nutella former un filament reliant les deux parts. Elle ne comprit pas tout de suite ce qu’il se passait, et mit un certain temps à attraper le bout qui lui était destiné. Elle vit Nathan mordre avec délice dans le sien comme s’il n’avait jamais soulagé sa faim depuis des jours. Elle prit une petite bouchée et le regarda avec des yeux maintenant sûrs. Elle lui devait beaucoup.

Il sourit :

- '' Qui es-tu finalement? Tu as quel âge? Tu veux travailler ici ou es-tu simplement cliente, ou peut-être quelque chose d'autre? ''

Cette fois-ci elle répondit et sa voix fatiguée retentit :

- “ Je suis Meï Lyum, enchantée. J’ai 16 ans et,…Si je peux travailler ici…Je veux bien, je voulais justement me poser un peu. Et toi, quel âge as-tu ? Tu peux m’aider ?”

Il y eut un long silence…et elle enchaîna :

-“Merci beaucoup. Tu m’as sauvé la vie et si moi aussi je peux t’aider de n’importe quelle façon, je le ferais de très bon cœur.”

Elle eu un faible sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Nathan Heartnet
Admin - Colgate & Positive attitude & I ♥ U.
avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 21/04/2009
Age : 25
Localisation : Là où son coeur le portera...

Feuille personnage
Famille : Hybride
Situation sentimentale : Célibataire
Pouvoirs / Facultés : Feu + Lames X2 + Pistolet

MessageSujet: Re: l'arrivée de Meï Lyum (désolée pas très long ...)   Dim 29 Nov - 15:05

[ Désolée pour l'énorme retard. HUHUHU. En plus il est pas long =/]

    - “ Je suis Meï Lyum, enchantée. J’ai 16 ans et,…Si je peux travailler ici…Je veux bien, je voulais justement me poser un peu. Et toi, quel âge as-tu ? Tu peux m’aider ?”


La voix de la jeune fille était lasse et la fatigue était nettement perceptible. Nathan pourtant n'en fit aucun commentaire et écouta plus précisément le son de sa voix. C'était quelque chose de mélodieux et résonnait dans le fond, un chant joyeux, doux et inoubliable. Il la regardait droit dans les yeux, son sourire ne s'étant pas effacé. Il avait envie de rire, d'un coup comme ça, de rire à tue tête, jusqu'à s'en faire mal aux côtes, et il ne voyait vraiment pas pourquoi. Il aurait voulu et aurait pu le faire dans l'instant, si il ne se retenait pas. Ça aurait été vraiment impoli de rire alors qu'elle lui parlait, si bien que le jeune rouquin s'accrochait au simple fait qu'elle s'appelait Meï. Elle s'appelait Meï, et il se le répétait encore et encore, des centaines, des milliers de fois dans sa tête, non pas pour que ça rentre mais pour ne plus penser à autre chose. Cela ne le gênait pas, car il trouvait ce prénom particulièrement joli. Il voulait lui dire quand elle parla à nouveau, apparemment un silence s'était installé sans même qu'il ne s'en rende compte. Il l'écouta, profitant de la mélodie qu'était sa voix.

    -“Merci beaucoup. Tu m’as sauvé la vie et si moi aussi je peux t’aider de n’importe quelle façon, je le ferais de très bon cœur.”


Sur le coup, Nathan ouvrit de grands yeux. Jamais il n'aurait pensé qu'elle le remercierait pour ce qu'il avait fait ou pour quoi que ce soit. En réalité, on ne le remerciait pas souvent, et on ne l'avait même jamais remercié jusqu'à ses 11 ans. Lui, il remerciait aussi rarement les gens, car ce n'était pas dans son habitude, ce n'était pas qu'il était particulièrement mal élevé, mais seulement pas habitué. En fait si, il remerciait les gens mais sans même s'en rendre compte, et il n'avait jamais trop réalisé à quel point ça pouvait être agréable qu'on le fasse. Même si il ne trouvait pas l'avoir mérité.

Le rouquin fit une sorte de révérence à la manière d'un prince et répondit d'un ton solennel.

    « Oh mais de rien. C'était nécessaire pour ma chère princesse en détresse. »


Il remarqua avoir placé plein de « esse » et se sourit à lui même. Puis, il regarda droit dans les yeux Meï avec un sourire mystérieux.

    « Non plus sérieusement, tu n'as pas à me remercier. Je n'ai fait que te griller l'épaule, rien de plus. »


Il se leva du lit et se retourna vers elle un sourire amusé aux lèvres.

    « Tu n'as pas besoin de m'aider, ne t'inquiètes pas. Je suis un grand garçon qui sait se débrouiller. Et à part si tu veux bien m'apporter une brioche. »


Il lui offrit un magnifique sourire.

    « Mais par contre moi je peux t'aider. »


Il la regarda en détails.

    « Donc, apparemment tu es d'accord pour travailler ici. Même si tu sais que... »


Nathan s'arrêta quelques instants, le temps de regarder autour de lui pour s'assurer qu'il n'y avait personne.

    « Même en sachant que le patron est un gros esclavagiste qui nous tue au travail? »


Il n'attendit pas de réponse et lui tendit sa main, la serra en la secouant. Il la tira ensuite vers elle, la soustrayant à atterrir contre son torse. Leurs visages étaient très proches, mais il ne s'en souciait pas. Il lui offrait toujours un superbe sourire des plus rassurants. Il souffla un petit « wouplà » et lâcha la main de sa protégée.

    « Bienvenue dans l'auberge Feanor demoiselle. Tu fais maintenant partie du personnel. »


Le jeune rouquin lui sourit encore plus fort. Son sourire était tellement envoûtant qu'il aurait pu faire oublier tous les problèmes, n'importe lesquels, à la personne qui lui faisait face. Il aurait pu faire fondre n'importe qui. Bien sûr il n'avait pas conscience de son charme ravageur alors il continuait, et puis il rigola d'un rire clair et légèrement enfantin.

    « En fait non, mais je te considère déjà comme ma collègue, ok? Parce qu'il faut d'abord te présenter au boss. »


Il la regarda, la tête penchée sur le côté.

    « Je suis sûre que tu seras forte pour les tâches qu'on te confiera, je pense pas qu'il puisse te refuser. Et puis comme tout bon esclavagiste, il a besoin d'esclaves. »


Il rit de plus belle, puis attrapa vivement la main de Meï, l'entraînant joyeusement vers la sortie. Il la tira dehors et voyant qu'elle peinait un peu à le suivre, il s'arrêta dans le couloir et s'approcha d'elle.

    « Ca va? Excuse moi, j'étais un peu excité. T'es pas trop fatiguée? »


Il l'observa puis voyant qu'elle reprenait lentement son souffle, il sourit, reprit encore sa main voulant l'entraîner vers l'escalier mais plus calmement cette fois. Seulement, il ne s'attendait pas à rencontrer un obstacle quand il se retourna. Il se cogna contre une jeune fille aux longs cheveux blonds, et poussa un petit « aie » sous le choc. Il ouvrit difficilement les yeux et fut surpris de voir qui il venait de percuter: Mizu. Mizu, sa camarade de chambre avec qui il n'avait presque jamais échangé de mots parce qu'ils se rataient tout le temps. Il la jaugea du regard quelques secondes puis lui fit un grand sourire.

    « Salut, Mizu! »


Il passa à côté d'elle, emprisonnant toujours la main de Meï dans la sienne. Il la montra en évidence à la jeune blonde comme pour lui montrer sa protégée sans arrières pensées.

    « Je dois aller la présenter au chef. »


Il lui offrit un grand sourire amical puis passa son chemin descendant tranquillement les escaliers. Il se posa la question de savoir si elle l'avait vu sortir de la chambre avec Meï ou pas, puis remarquant que son pantalon était déchiré en bas, il l'oublia.

    « Ah!! Mais comment je me suis fait ça? »


Il grogna, puis arrivé en bas, accompagna la jeune fille jusqu'à la porte entrouverte du salon du gérant.

    « Voilà, je te laisse y aller seule, tu te débrouilleras très bien. Dis lui que tu viens de ma part, et demande lui de travailler ici. Si jamais il t'insulte ou te déstabilise ben tu lui envoie un bon pain dans la figure. Enfin non mais réponds-lui franchement. Enfin fais comme tu le sens, ok? »


Il la poussa vers la porte tandis qu'elle avançait lentement vers la salle.

    « Eh, Meï. Je t'attends, et après on deviendra esclave ensemble! »

_________________

[ Couleur d'Edition ]
Revenir en haut Aller en bas
Meï Lyum
PP Makers ou esclave ♥ - Enjoy ;]
avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 21/06/2009
Age : 24

Feuille personnage
Famille : Elfe
Situation sentimentale : Célibataire
Pouvoirs / Facultés : invocation d'éléments naturels

MessageSujet: Re: l'arrivée de Meï Lyum (désolée pas très long ...)   Dim 29 Nov - 17:14

[ j'adooore c'est trop bien ! j'ai trop rigolé !]

Elle vit le visage du garçon s’étonner, puis presque aussitôt le sourire lui revint, comme si il trouvait cela bizarre qu’elle le remercie, mais qu’en même temps il se rendait compte que c’était plutôt sympa finalement. Ce Nathan paraissait finalement s’étonner de tout, et Meï se demandait comment un sourire pouvait s’élargir tant de fois à la suite. La sorte de révérence qu’il lui fit la tira de ses pensées, et lui donna aussi un peu envie de rire. Elle l’aimait bien, et elle le trouvait drôle, mais surtout, …Imprévisible. Les mots qui sortirent de sa bouche confirmèrent cette dernière pensée :

- « Oh mais de rien. C'était nécessaire pour ma chère princesse en détresse. »

Meï eu seulement le temps de se demander si il plaisantait.

- « Non plus sérieusement, tu n'as pas à me remercier. Je n'ai fait que te griller l'épaule, rien de plus. »

Ah. Bon alors il plaisantait. Elle le regarda d’un air qui lui aurait très bien fait comprendre qu’elle n’en croyait pas un mot si juste à ce moment il ne s’était levé du lit pour se planter debout devant elle. Elle renonça à parler, se doutant qu’il ne changerait pas de propos si facilement. Il continua :

- « Tu n'as pas besoin de m'aider, ne t'inquiètes pas. Je suis un grand garçon qui sait se débrouiller. Et à part si tu veux bien m'apporter une brioche. »

Elle leva un sourcil. Encore une fois, est-ce qu’il était sérieux ? Fatiguée, et commençant à se lasser de se demander en permanence si son interlocuteur se fichait d’elle ou pas, elle le vit agrandir encore son sourire ; décidément il avait soit une bouche démesurée avec des millions de muscles en plus ou c’était elle qui était vraiment très fatiguée. Cette pensée la fit sourire.

- « Mais par contre moi je peux t'aider. »

C’est seulement à ce moment-là qu’elle se souvint lui avoir posé la question quelques minutes plus tôt. Elle le fixa et vit son oeil vert la détailler. Un peu gênée, elle détourna le regard. Elle pensa un instant à lui demander pourquoi son autre œil était caché, mais se ravisa sur le champ car ce n’était sûrement pas le bon moment, elle lui demanderait à l’occasion, plus tard.

- « Donc, apparemment tu es d'accord pour travailler ici. Même si tu sais que... »

Meï sentit bien qu’il allait dire quelque chose qui ne doit pas s’entendre, car il regarda bien autour de lui pour se pencher vers elle et lui dire un peu plus bas :

- « Même en sachant que le patron est un gros esclavagiste qui nous tue au travail? »

Cette phrase ne la rassura vraiment pas, mais, ayant connu quand même plusieurs sortes de gens dans sa vie, elle se reprit et pensa qu’elle n’aurai sûrement pas beaucoup d’autres occasions de trouver du travail, et l’idée de rester avec le garçon aux cheveux roux (ah oui, Nathan ) ne la déplaisait finalement pas du tout.Il lui prit la main et la tira vers lui, si bien qu’elle atterrit sur sa poitrine. Elle leva la tête et sentit le souffle tout proche du garçon sur son visage. Il avait baissé la tête vers elle et lui offrait un immense sourire rassurant.

- « Bienvenue dans l'auberge Feanor demoiselle. Tu fais maintenant partie du personnel. »

Le sourire de Nathan la mis extrêmement mal à l’aise, elle eut du mal à détourner son regard de ses yeux verts. Pourtant, il eut l’effet de lui ôter tout doute concernant sa décision de rester.

- « En fait non, mais je te considère déjà comme ma collègue, ok? Parce qu'il faut d'abord te présenter au boss. »

Le boss ? Le boss. L’esclavagiste dont il avait parlé, il y a même pas deux minutes. Très rassurant, ralala. Il pencha la tête sur le côté, l’examinant. Meï se demanda ce que ça ferait si elle lui expliquait qu’il était complètement inconscient de son comportement, et que c’était très gênant de se faire examiner ainsi par un garçon roux très sexy, … Elle faillit se donner une baffe pour avoir des pensées comme ça. Voyons !

- « Je suis sûr que tu seras forte pour les tâches qu'on te confiera, je pense pas qu'il puisse te refuser. Et puis comme tout bon esclavagiste, il a besoin d'esclaves. »

Il trouvait donc qu’elle avait l’air forte ? Elle eut un bref instant de réflexion ; elle faisait du sport ultra intense depuis toute petite, elle était capable de pas mal de choses que les gens ne pouvaient faire sans un entraînement de minimum 10 ans, oui, ça convenait sûrement.
Il attrapa vivement sa main et la tira dehors. Surprise, elle ne suivit pas tout de suite le mouvement.

- « Ça va? Excuse- moi, j'étais un peu excité. T'es pas trop fatiguée? »

Non, elle n’était pas trop fatiguée… En repartant, Nathan percuta une jeune fille blonde, qu’il fut, apparemment, agréablement surpris de voir. Il la salua en l’appelant Mizu, et Meï s’efforça de retenir son visage et son nom pour l’avenir, quand Nathan leva sa main dans la sienne en disant :

- « Je dois aller la présenter au chef. »

Il continua les escaliers, puis, baissant la tête, jura :

- « Ah!! Mais comment je me suis fait ça? »

Elle faillit soupirer, ce garçon était désespérant. Elle eu envie de lui expliquer qu’il avait dérangé un gentil buisson, et qu’il s’était vengé sur son méchant pantalon. Elle faillit rire toute seule de cette pensée. Ils arrivèrent devant la salle où devait se trouver le gérant, et tandis qu’elle commençait à avancer lentement, il lui dit :

- « Voilà, je te laisse y aller seule, tu te débrouilleras très bien. Dis lui que tu viens de ma part, et demande lui de travailler ici. Si jamais il t'insulte ou te déstabilise ben tu lui envoies un bon pain dans la figure. Enfin non mais réponds-lui franchement. Enfin fais comme tu le sens, ok? »

Il avait presque l’air d’avoir peur, d’hésiter sur ses mots, c’était étrange… Il la poussa en avant, lui glissant :

- « Eh, Meï. Je t'attends, et après on deviendra esclave ensemble! »

Elle entra dans la salle, une aura bizarre la frappa de plein fouet. Courage !
Revenir en haut Aller en bas
Nathan Heartnet
Admin - Colgate & Positive attitude & I ♥ U.
avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 21/04/2009
Age : 25
Localisation : Là où son coeur le portera...

Feuille personnage
Famille : Hybride
Situation sentimentale : Célibataire
Pouvoirs / Facultés : Feu + Lames X2 + Pistolet

MessageSujet: Re: l'arrivée de Meï Lyum (désolée pas très long ...)   Mar 23 Fév - 0:00

Nathan regarda Meï disparaître dans l'entrebâillement de la porte qui se referma sous un coup du vent, faisant résonner un bruit sec de bois dans la pièce où se trouvait le jeune homme.

Celui-ci attendit quelques instants, assit contre la porte, attendant vainement que la jeune elfe en ressorte. Elle ne vint pas plus dans la seconde que dans les minutes qui suivirent, et cela faisait déjà bien un quart d'heure qu'il l'attendait en chantonnant quelques musiques paillardes qu'on lui avait apprise à l'école primaire. Le jeune homme, légèrement impatienté colla son oreille contre le battant de la porte, mais n'entendit que des conversations étouffés comme « alors... tu veux?... je... c'est bien... ». De plus il n'était pas complètement sûr que ce qu'il entendait faisait vraiment partie de leur discussion. Il se baissa encore, observa par le trou de la serrure pour ne voir que Meï, qui avait l'air un peu tendue mais tout de même assurée, ce qui lui tira un sourire, et il souffla ce mot qu'elle ne pouvait pas entendre mais qu'il espérait, ressentirait.

    - « Courage! »


Sur ces mots, estimant qu'il y avait encore du temps avant que l'elfe sorte enfin de cette salle, Nathan se leva et se dirigea vers les cuisines. Dès qu'il franchit le seuil de la porte boisée, des milliers d'odeurs plus alléchantes les une des autres lui parvinrent au nez. Il se délecta alors de ces milliers de parfums qui se disputaient la course jusqu'à ses narines, qui elles prenaient un incroyable plaisir à tous les ressentir. Nathan avait toujours aimé les cuisines, depuis le premier jour où il était arrivé, il avait éprouvé un bien fou dès qu'il était entré dans la salle. Il avait observé les appareils, muet d'admiration, s'était approché d'un bouillon poisseux sur le feu, l'avait regardé de travers d'abord puis reniflant sa douce odeur avait changé d'expression. Le chef lui avait proposé de goûter un peu, ce qu'il fut non sans appréhension à cause de la révulsion toujours présente de la mixture gluante du produit. Pourtant, qui le bouillon s'était glissé sur ses papilles gustatives, et avait coulé dans sa gorge il se sentit tout d'un coup fondre et en même temps être plein d'énergie. C'était tellement bon qu'il aurait voulu vider la marmite, mais le cuisinier avisant qu'il se resservait encore et encore avec la cuillère, l'avait chassé de ses fourneaux. Nathan s'était promis qu'il reviendrait goûter à ce bouillon non alléchant à la vue, mais terriblement exquis au goût. Sur ce, le jeune rouquin s'approcha à tâtons dans la cuisine et héla le chef.

    - « Qu'es'tu veux? » lui répondit celui-ci


    - « Quelque chose à manger. J'ai super faim et je me sens pas d'attendre dans la salle à côté, surtout que j'attends quelqu'un. » dit-il tout joyeux.


Le chef le regarda suspicieux, l'hésitation marquant son visage quelques instants pour finir par laisser place à la résignation. Ce dernier soupira.

    - « Tu veux lui apporter quelque chose aussi, à ta copine? »


Nathan siffla d'admiration.

    - « Ouais! Pourquoi pas? »


    - « Un cœur en chocolat? » plaisanta le cuisinier


    - « Hola, non. Je sais pas comment elle le prendrait, et elle me trouverait bizarre en plus, t'imagines? »


Il rit de bon cœur comme si Meï ne le trouvait pas déjà bizarre. Puis sourit amusé et se pencha à l'oreille de son ami à la toque blanche.

    - « Par contre, pourrais tu.... » lui chuchota t-il des mots inaudibles.


    - « Bien sûr! »


    - « Ok merci. Bon alors file moi les trucs. »


Le chef grogna et lui fila des biscuits, un petit paquet, une bouteille de soda et lui fit goûter un peu de bouillon. Voyant que l'invité recommençait à piquer des gorgées dans la marmite, le cuisinier rouspéta de plus belle et poussa Nathan vers la porte, tandis que celui qui se faisait chasser, la nourriture dans les mains riait de bon cœur.

    - « Va t-en et ne reviens plus toucher à mon bouillon. »


    - « C'est un compliment que tu devrais prendre en compte. Ton bouillon est succulent. »


Le cuisinier se plongea dans un silence de suffisance. Il le poussa encore.

    - « Allez! Oust! »


Il lui sourit, et lui lança un regard qui avait l'air de dire « tu me la présentera, hein ». Nathan le gratifia du même air.

    - « Merci pour la bouffe! » lança t-il en s'éloignant.


Le rouquin revint s'asseoir devant la porte et déboucha sa bouteille de soda à la framboise. Cela l'avait surpris au début, mais il avait vraiment apprécié et en empruntait souvent, si bien qu'il avala le quart de la bouteille en quelques minutes à peine. Il commença à ouvrir le paquet de biscuits quand la porte s'ouvrit brutalement, percutant son dos, et tandis qu'il lâchait un cri de douleur, des gâteaux s'enfuirent du paquet pour venir s'écraser sur le parquet vernis de l'entrée. Nathan, horrifié, poussa un juron tandis qu'il lançait un regard triste à Meï. Il plaisanta tandis qu'il ramassait la catastrophe.

    - « Eh bien décidément, tu me donnes de la malchance avec la nourriture! »


Il rit à cœur joie et se releva pour se trouver à sa hauteur, ou plutôt, comme il était bien plus grand, au dessus d'elle. Il la regardât et lui tendit le paquet que lui avait donné un peu plus tôt le chef. Ce paquet contenait un gâteau à la crème et au chocolat, ni trop gras, ni trop sucré, juste parfait. Et sur le dessus, se dessinait un «  Bravo! ». Il lui lança un sourire et un regard malicieux, clignant de l'œil qui n'était pas caché.

    - « Alors? »


_________________

[ Couleur d'Edition ]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: l'arrivée de Meï Lyum (désolée pas très long ...)   

Revenir en haut Aller en bas

l'arrivée de Meï Lyum (désolée pas très long ...)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kion Olstars :: ♈ Arcansa - Ville de rêve ♈ :: Auberge Feanor ♊ :: Rez-de-chaussée :: L'entrée -